L’exposition temporaire du château de Versailles est consacrée cet hiver aux animaux du roi.

De belle dimension (une douzaine de salles) et placée au 1er étage de l’aile du Nord, cette manifestation saura émerveiller tous les publics. Il existe à l’entrée un petit livret de jeu éducatif à l’attention des enfants par exemple, ainsi que la programmation habituelle de visites avec conférencier plusieurs fois par semaine. Enfin, l’application du château permet d’avoir accès aux commentaires des audioguides. Les commentaires sont bien calibrés, ni trop longs ni trop cours à mon avis et réhaussent une exposition impeccable à tout point de vue.

Pour la mise en bouche, voici la bande-annonce de l’exposition et la reconstitution de la Ménagerie du roi.

Les points forts

Parmi les nombreux atouts de l’exposition, il y a la présentation rapprochée de pièces habituellement inaccessibles : les marbres équestres des bains d’Apollon, les fauteuils au chien de Marie-Antoinette, plusieurs pages des œuvres de Buffon, plusieurs tapisseries des Gobelins, etc. Quel plaisir de voir les détails de près !

Autre atout, la qualité des partenariats avec le Louvre, plusieurs musées régionaux et le Muséum d’Histoire naturelle qui ont garanti une très grande diversité de pièces. Je pense que les enfants seront subjugués par l’éléphante naturalisée de Louis XIV et par les immenses traineaux utilisés sur le Grand Canal.

La première salle tente même de reconstituer ce que fut le Labyrinthe, un remarquable bosquet disparu sous Louis XVI. L’idée générale était qu’à chaque recoin, il y avait une petite fontaine avec son groupe statuaire, dédié à une fable précise.  L’ensemble a assez mal vieilli ce qui a justifié son remplacement par le Bosquet de la Reine au XVIIIe siècle.

Les éclairages ont été particulièrement soignés. Plusieurs toiles en sortent magnifiées, je pense à la salle “L’animal comme symbole politique” avec les œuvres de Jean-Jacques Bachelier ou encore au paysage exotique avec une buse de François Desportes. Les peintres animaliers français ne sont pas forcément connus du grand public et l’exposition permet de les découvrir.

Enfin, il y a toute la dimension naturaliste de cette exposition, qui prolonge le magnifique sillon entamé par l’exposition sur les sciences de 2010. Les extraits de Buffon, les planches anatomiques diverses, jusqu’à cette belle salle consacrée au rejet de la théorie de Descartes sur l’animal-machine, ont donné une belle épaisseur intellectuelle à cette exposition.

La place de la chasse

Par contre, au chapitre des (petits) reproches, l’enchaînement des salles n’est pas toujours très cohérent, ni totalement chronologique, ni totalement thématique. De même, certains titres sont un peu sibyllins comme “Les animaux précieux” pour désigner les animaux dans les arts décoratifs.

On sent que la principale difficulté, et on le comprend, a été d’insérer correctement la chasse. Le château était un ancien relais de chasse et les Bourbons raffolaient de cette activité. On ne pouvait qu’en parler et même en parler assez longuement. Or la chasse est aujourd’hui très largement critiquée, notamment par le public urbain qui a l’habitude d’aller à Versailles. On tient là, je pense, l’explication de certaines étrangetés, comme le fait de commencer par les fables d’Ésope et la Ménagerie. La chasse n’arrive ainsi qu’en troisième position et la muséographie a subtilement détaché les parties sur les chiens de la vénerie. Finalement, le roi chasseur occupe une place assez réduite, au profit d’autres thématiques, sans doute plus consensuelles, sur la découverte de la sensibilité animale.

Tout cela n’annule évidemment pas la grande qualité de cette exposition que je recommande hautement !

 

Vous trouverez en accès réservé le détail des salles, avec photographies et analyses détaillées.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.