Céline Bergeon, Brenda Le Bigot et Olivier Clochard (animateur)

Partir, accueillir et revenir : la France à l’aune des migrations

Festival international de géographie de Saint Dié - 2018

Partir, accueillir et revenir : la France à l’aune des migrations
De gauche à droite : Céline Bergeon, Olivier Clochard et Brenda Le Bigot à l'Espace Georges Sadoul de Saint-Dié, le 6 octobre 2018.

Partir, accueillir et revenir : la France à l’aune des migrations

 

Table ronde animée par Olivier Clochard, chargé de recherche, CNRS

Festival International de Géographie

Espace Georges Sadoul, salle Yvan-Goll, Saint-Dié-des-Vosges

Samedi 6 octobre 2018.

 

Olivier Clochard, Université de Poitiers, laboratoire MIGRINTER.

Céline Bergeon, MCF en géographie à l’Université de Poitiers, laboratoire MIGRINTER. Ses travaux portent plus particulièrement sur les migrants habitant en squats et en bidonvilles, leurs conditions de vie notamment. Ses terrains sont français (Rennes en particulier, Paris et Poitiers) et espagnols (Barcelone et Valence) → partie accueillir.

Brenda Le Bigot, MCF en géographie à l’Université de Poitiers, laboratoire MIGRINTER. Thèse sur des individus dans des mobilités internationales que l’on a du mal à appeler migrations (mobilités d’individus des pays dits du Nord vers des pays dits du Sud), ie les migrations des seniors (hivernants, partant pour l’hiver au soleil qualifiés d’« hirondelles d’Agadir » par les médias) et les jeunes qui eux partent faire le tour du monde pour une mobilité d’un ou deux ans. Migrations de riches pour aller s’approprier des lieux dans des pays des « Suds ».

[Olivier Clochard] Objectif de cette table ronde : rappeler que la dynamique des migrations ne doit pas être uniquement vue sous le prisme des chiffres des primo-arrivants et des Unes de journaux (ex : Aquarius, frontière franco-italienne). Ces migrations internationales concernent un spectre de personnes très large pour relativiser ces images médiatiques et rappeler que les ressortissants français et européens font également partie de ces phénomènes. Les catégories institutionnelles (demandeurs d’asile, réfugiés, étudiants, etc.) ne disent pas tout de la migration.

Quelques chiffres à l’échelle hexagonale

Aujourd’hui 4 millions d’étrangers dont tous ne sont pas des migrants, certains sont nés ici et n’ont pas d’expérience migratoire et on a aussi des Français qui eux ont une expérience migratoire, nés dans un pays étranger et sont arrivés en France jeunes qui sont considérés comme des immigrés. Ces migrations s’inscrivent dans un faisceau historique très vaste, les passés coloniaux par exemple sont très différents d’un pays à un autre. On voit bien en France que les relations avec l’Algérie, le Maroc, Afrique subsaharienne sont importantes : terme de « noria » pour désigner des personnes qui viennent pour quelque temps en France, repartent dans leur pays d’origine et sont ensuite remplacés par d’autres.

Parmi ces catégories, qui seront à déconstruire, on a un ensemble de personnes qui peuvent être classés selon des critères institutionnels. Or, des personnes peuvent migrer pour différents aspects. Ex des demandeurs d’asile, y a des questions de persécutions et aussi parfois des raisons économiques, politiques, etc. Ainsi par exemple, on aurait du mal à comprendre pourquoi des ressortissants marocains demanderaient l’asile politique en France alors que leur pays est rentré dans un processus démocratique mais c’est oublier qu’au Maroc sur un certain nombre de libertés fondamentales, la situation est difficile. Question des « vrais », des « faux » réfugiés. Certains ressortissants parce qu’ils viendraient de certains de pays ne pourraient pas prétendre au statut de réfugié. Ce sont des choses reprises parfois par des responsables politiques mais aussi parfois par certains collègues. Il faut rappeler que ce n’est pas car on vient de pays dits « démocratiques », « sûrs » que l’on ne peut pas bénéficier d’une protection. Il suffit de reprendre des chiffres : sur 100 demandes venant du Kosovo par exemple seulement 20 sont acceptées (chiffres de l’OFPRA, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides). La frontière est assez compliquée.

Exemple de la Roumanie

Très forte discrimination en Roumaine des Roms notamment des femmes (persécutions au niveau du corps quand elles se rendent à l’hôpital pour accoucher). Le pays n’est certes pas en guerre mais contexte économique très compliqué. Du fait qu’elles viennent de Roumanie et donc ressortissantes de l’Union européenne, on a du mal à imaginer qu’elles demandent une certaine forme de protection.

Les chiffres évoluent

Les demandeurs d’asiles, entre 2009-2014, environ 60 000 arrivées par an. Pic de 2015 notamment en Allemagne mais aussi en France environ 100 000 avec une baisse depuis. On a ainsi des arrivées plus importantes liées à la situation géopolitique qui nous entoure (Syrie, Libye, Yémen, Érythrée, Yémen…). Plus largement on voit qu’il n’y a pas de politique de quotas à l’échelle nationale mais il y a des pratiques qui s’en approchent. On a une forme de constante qui s’opère à l’échelle française quand on regarde les chiffres. Pour les demandes de visas courts séjours (3 mois) par exemple : 2 millions de demandes en 2009 (1,8million de visas acceptés) et 3,2 millions (2,2 millions de visas acceptés) en 2014. Presque 95% des visas sont octroyés pour 3 mois maximum. Pour les demandes longs séjours et devenir donc pour les demandeurs être considérés comme des émigrés, on a une constante de 170 000 demandes de visas donnés chaque année environ pour différents motifs (familiaux, universitaires…). La demande familiale étant légitimement la plus acceptée. On a une constante des arrivées de populations émigrées sur notre territoire.

Différents indicateurs peuvent aussi être pris en compte mais sont à prendre avec prudence comme le nombre d’arrestations à la frontière (une personne peut être arrêtée plusieurs fois). Cela permet de saisir le nombre d’arrivants sur le territoire national mais il ne faut pas non plus oublier qu’une partie importante de ces personnes qui arrivent sont d’origine européenne.

[Céline Bergeon]. Nous sommes dans un contexte de fermeture des frontières, de durcissement des politiques migratoires mais cela n’empêche pas les gens de venir et cela complexifie donc énormément les choses pour eux notamment les parcours migratoires de plus en plus fluctuants : présence temporaire, circulaire et irrégulière. Ce durcissement induit de fait une arrivée très difficile avec une précarité économique, juridique et un accès limité, compliqué, voire impossible à certains droits fondamentaux et qui questionne la problématique de l’accueil de ces populations en France.

On peut lire cet accueil à travers plusieurs dimensions :

  • Les médias, les discours politiques (question du : « oui mais peut-on accueillir tout le monde ? »).
  • Mais aussi à travers la réalité vécue par ces migrants en regardant comment l’obtention des droits fondamentaux (accès à la santé et aux soins, à l’école, au logement) prend place dans leur quotidien mais aussi dans celui des non-migrants.

Autour du logement se jouent et se cristallisent des questions importantes notamment sur la place que l’on fait ou souhaite faire de l’étranger pour qu’il puisse prendre place au quotidien et vivre à côté de nous. Si l’on porte un bref regard historique, on déambule entre des périodes plus ou moins hospitalières. Depuis les années 1970, les formes institutionnelles de d’accueil se sont multipliées et évoluent : foyers, cités de transit, CAO… Le but est de favoriser l’accès à un logement décent et légal pour des migrants en situation administrative claire. Les migrants internationaux subissent aujourd’hui de grandes inégalités de logement (cf. les études réalisées par Patrick Simon à l’INED qui a bien montré que les populations immigrées et migrantes en général étaient celles qui subissaient le plus d’inégalité dans l’accès au logement). En 2006, Claire Lévy-Vroelant dans un article sur le logement et les migrants écrivait : « À situation illégale, logement illégal, à situation précaire, logement hors normes ». Citation intéressante, il y a de nombreux migrants qui ont du mal à s’intégrer et accéder au logement. Ils se heurtent aussi à des hébergements d’urgence qui sont souvent saturés, engorgés notamment pour les demandeurs d’asile.

Quelques chiffres : On a régulièrement des études menées par la Dihal (Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement) dont les derniers chiffres datent de décembre 2017 avec un petit recensement sur les squats et campements illégaux investissant 63 % de ces derniers. Des ressortissants roumains sont présents sur 51% de ces sites, des personnes non citoyennes de l’UE sont présentes sur 25% des sites et enfin des personnes de nationalité française sont présentes sur 21% des sites. Déconstruction de représentations que l’on pourrait avoir : diversité des personnes touchées par cette précarité résidentielle.

D’autres pratiques d’hospitalité hors cadres institutionnels pour pallier à cette précarité existent, d’autres types d’hospitalité qui mobilisent tout un panel d’acteurs → hospitalité citoyenne, ordinaire (ex : Cédric Herrou et son film « Libre » mais aussi d’autres histoires). Exemple à Poitiers expulsion récente du squat de « La Maison » qui s’adressait uniquement jeunes migrants mineurs isolés depuis début juin 2018. Exemple à Rennes des collectifs très actifs dans l’ouverture de squats pour donner un toit au moins pour l’hiver aux migrants à la rue. Regarder l’accueil à l’échelle locale c’est aussi identifier les contradictions entre le droit national et les situations à l’échelle locale : il existe souvent un décalage entre les décisions nationales et les réalités locales. La présence d’acteurs à l’échelle locale, qui peuvent défendre sur le terrain, mais aussi prendre des initiatives intéressantes est essentielle.

Exemple de l’ancien squat de la Poterie à Rennes. Ancienne maison de retraite fermée qui appartenait à la ville de Rennes. Un promoteur immobilier (Lamotte) a racheté les lieux pour en faire des bureaux. Un squat s’ouvre, juste avant l’hiver et l’association « Un Toit, c’est un Droit » investit ce squat et réussit, par un dialogue acharné avec la mairie et le promoteur, à faire signer un commanda (convention tripartite entre l’association, la mairie de Rennes et avec le promoteur pour que les migrants, environ 200, restent jusqu’au mois de juillet et donc aient un toit tout l’hiver et puissent se stabiliser).

Réseaux locaux, collectifs locaux importants : Poitiers → tout un réseau de familles d’accueil (notamment l’association Min’ de Rien) qui offre la possibilité à des jeunes migrants d’avoir un toit. Ces situations traduisent des positions parfois labiles des autorités locales qui sont censées faire respecter le droit et qui peuvent donner lieu à des scènes cocasses : ex des gendarmes ou des mairies qui dirigent des migrants vers des squats qui sont en activité. [Olivier Clochard: exemple des No Border, parfois considérés comme des anarchistes, qui mènent des initiatives sur le terrain qui inspirent des mairies.

Rennes → toute une liste de structures « amies » pour accueillir pour quelques nuits des migrants qui ne pourraient pas accéder à des hébergements d’urgence par le 115 par exemple.

Un point soulevé par Céline Bergeon c’est la transcription des catégories sociales et juridiques dans les pratiques de l’hospitalité citoyenneté et solidaire qui pourrait potentiellement faire l’objet de tensions à l’échelle locale. Toutes ces catégories pouvant être créées par l’opinion, les médias, les politiques se retranscrivent sur le terrain.

Questions plus générales de l’autrui, de l’altérité et du rapport que l’on peut avoir à la différence. Les travaux de l’auteur portaient sur l’accueil des gens du voyage pas du tout sur les migrants mais elle y a retrouvé toutes ces questions de l’accueil, encadré, institutionnalisé et tous les autres types d’accueil (familial, communautaire, associatif) → stratégies intéressantes autour des solidarités familiales et/ou communautaires qui se mettent en place. Question d’inégalité d’accès au logement certes mais n’est-ce pas la question de la différence, de la figure de l’étranger, qui pose problème ?

Délit d’hospitalité ou du déni d’hospitalité ? S’intéresser à l’hospitalité permettrait de voir qu’il existe en filigrane une figure du « bon » et inversement du « mauvais » hôte, de l’indésirable qui fonderait une logique de tri parmi ceux que l’on peut et que l’on doit accueillir et les autres → sélection qui entraîne une mise en concurrence entre ceux qui ont besoin et qui demandent l’accueil et l’hospitalité.

[Brenda Le Bigot] : Autre volet des personnes qui quittent la France et qui participent de cette dynamique des migrations. Étonnant, provoquant d’évoquer ces Français partant au soleil ou faire le tour du monde. Peut-on les appeler des migrants ? La France est-elle aussi une terre de départs et non pas seulement une terre d’accueil ou de non accueil. Qui appeler migrants ? Qu’est-ce qu’une migration par rapport au tourisme, au voyage, aux mobilités résidentielles ? La question des mots nous pose parfois soucis. Utilisation de grilles de lecture : temporalités, spatialités (échelles) et les motifs (loisirs, travail, santé, asile…). Difficultés pour certaines étiquettes sur certains phénomènes notamment ici pour les seniors ou les jeunes qui voyagent. Ces backpackers cumulent en effet plusieurs motifs de mobilité (études et voyages) ou encore loisir/résidence et se retrouvent également dans des temporalités longues tout en ressemblant un petit peu à des touristes. Quels mots pour catégoriser ? Pourquoi « migrant » pour un Marocain qui va venir en France et « expatrié » un Français qui va vivre au Maroc ? A priori c’est la direction qui pose question, la place, la position de l’individu mobile dans un monde avec des inégalités de richesses très fortes se traduisant par des inégalités d’accès à la mobilité. Inégalités selon le passeport, le pays d’où l’on vient dont on part pour ces questions de mobilité.

Un champ de recherche assez récent.

Dans le monde anglo-saxon, ce que l’on nomme les « lifetime migration » avec des géographes mais aussi des sociologues qui se sont mis notamment à travailler sur ce phénomène des retraités. En France on utilise encore le mot « mobilités », la difficulté à parler de « migrations » est intéressante.

Différentes revues :

Champ très récent. Dans le thème du FIG 2018, le Président disait en notice introductive que la France de demain c’est peut-être une France divisée avec des territoires de l’innovation, de la connectivité, capables de tirer profit de la mondialisation. Quand on regarde ces phénomènes on se dit que cette possibilité de tirer profit de la mondialisation ce n’est pas seulement sur le territoire français c’est aussi en s’appropriant des territoires ailleurs que peut se traduire cette division entre la possibilité de se créer un chez-soi facilement ou non.

Quand on s’intéresse généralement aux deux groupes étudiés dans la thèse de l’intervenante, on qualifie ces mobilités de « nouvelles », des nouvelles pratiques de mobilité(s). C’est bien pratique car c’est assez vendeur dans le marketing scientifique mais au final on peut tout à fait retracer des continuités historiques et c’est même à priori le plus intéressant à faire quand on regarde un petit peu ces groupes. Quand on regarde les jeunes voyageurs par exemple (les backpackers), on a une continuité très forte avec les routards des années 1960 plutôt hippies qui se sont tournés vers l’Inde etc. On aussi des continuités très fortes avec toute une histoire du tourisme et de l’usage éducatif du voyage pour la jeunesse avec dès le XVIe siècle, les jeunes Anglais qui partaient faire le « Grand Tour » pour visiter le patrimoine classique européen et pour se « construire leur vie dans l’aristocratie anglaise ». Aujourd’hui encore certains partent pour des raisons de voyage intervient Olivier Clochard, même si ce n’est pas forcément la raison principale. Imaginaire du voyage très ancien et concerne une grande diversité de gens qui se mettent en mouvement.

Retraités → pareil, continuités postcoloniales assez visibles. Exemple des travaux de l’intervenante sur les Européens au Maghreb notamment avec deux sociologues qui ne voulaient pas que le « postcolonial » soit leur prisme principal, ils avaient envie d’explorer au-delà. Au bout de leurs années de recherche, ils ont voulu faire un numéro spécial d’une revue avec appel spécial à communications mais le colonial s’est avéré le sujet le plus traité dans les réponses à cet appel (ex : les Français au Maroc, Algérie, les Portugais en Angola…).

Flux difficiles à quantifier devant la grande diversité de Français qui partent. Site de l’UFE (Union des français de l’Étranger) → sous la bannière « je m’expatrie » pluralité de personnes : actifs, familles, étudiants… En fait ce terme d’expatriation si l’on regarde de plus près est un type de contrat international qui englobe quelque chose de beaucoup plus large → aujourd’hui difficulté pour avoir des chiffres. Pour les étudiants c’est plus facile car ils sont inscrits → accueil de 300000 étudiants étrangers en France et en 2015 elle envoyait 60 000 étudiants pour étudier à l’étranger (disparités sociales importantes derrières) dont plus de 45 000 inscrits des grandes écoles, c’est-à-dire dans des filières de l’enseignement supérieur qui sont sélectives et qui offrent généralement toute une organisation pour faciliter la mobilité plus que pour des filières universitaires plus classiques.

Sur les chiffres on a aussi des institutions qui essaient de compter les résidents à l’étranger. Le Ministère des Affaires étrangères par exemple pour le Maroc on a plus de 50000 Français inscrits « résidents » au Maroc. Ce sont des chiffres croissants pour ce pays : 2015 +4% par rapport à 2014 mais le problème c’est que ces chiffres ne recouvrent qu’une partie de la réalité car il n’est pas obligatoire de se déclarer au consulat donc ceux qui ne veulent pas le faire ne le font pas et on n’arrive pas à connaître ceux qui sont présents sur le territoire marocain avec un visa de tourisme (ex : ses travaux sur les campingcaristes qui passent 6 mois par an dans leur campingcar qui ont un visa de 3 mois de touristes qui font une demande de renouvellement qui est toujours accordée  contrairement par exemple aux Subsahariens). On ne peut pas distinguer ces campingcaristes des autres touristes et pourtant ils vivent bien la moitié de l’année en France et la moitié de l’année au Maroc donc il y a une appropriation, un chez-soi, un lieu de vie qui est aussi fort (et parfois pendant 10-15-20 ans) au Maroc.

Exemple des visas vacances-travail

Ils sont proposés aux moins de 30 ans généralement pour venir passer un an sur un territoire pour y travailler (ex Australie depuis longtemps). Le jeune part avec un visa et doit travailler dans un secteur en manque de main-d’œuvre (agriculture, mine, bâtiment) → récolte de légumes le plus souvent. En 2015, 150000 jeunes en Australie dont 10 % de Français. C’est un type de visa qui est intéressant à étudier car accord bilatéral → ces jeunes doivent venir d’une sélection de pays (européens, principalement développés : Japon, États-Unis, France, etc.) et se retrouvent dans une situation de travail agricole, alors que traditionnellement on faisait appel à une main-d’œuvre de pays pauvres et donc là sorte de rencontre un peu étrange entre deux types de mobilité qu’on associe peu et qui se retrouvent dans les fermes à faire le même type de travail. Brenda Le Bigot aimerait travailler dessus plus tard.

Difficile de quantifier ces flux car différentes stratégies de ces individus pour « contourner » des politiques d’immigration pour rester sur un territoire notamment avec des visas de tourisme. Ex en Asie, en Thaïlande avec des jeunes qui essaient de rester plusieurs mois voire un an → Stratégie des « visas run » (ex Bangkok où tout est organisé → direction la frontière avec le Cambodge, sortie artificielle pour rerentrer tout de suite et récupérer un mois de plus de présence touristique sur le territoire). On se retrouve avec des gens qui ont des accès très faciles à la mobilité avec un passeport mais qui contournent aussi des politiques d’immigration pour rester le plus longtemps possible sur un territoire.

Conclusion :

Ces formes de mobilités des Nords vers les Suds revisitent les stéréotypes que l’on peut avoir sur la mondialisation où généralement on voit de prime abord les extrêmes : la mobilité des élites (ceux qui font New-York-Paris comme des cadres etc.) ou celle des plus en difficultés (crise migratoire) mais il y a aussi une mondialisation par les classes moyennes : mobilité « privilégiée » mais les gens qui la pratiquent ne sont pas forcément à l’échelle de leur pays de départ des privilégiés. C’est au contraire, exploiter un différentiel économique → passer une frontière permet de changer de situation sociale. Les travaux sur l’entreprenariat des Français au Maroc ont montré qu’il y a un certain nombre de personnes qui avaient un travail relativement peu qualifié en France vont pouvoir améliorer leur vie en changeant de frontière (par exemple une esthéticienne en France va devenir patronne d’un salon de beauté, un retraité avec une petite retraite en France va pouvoir aller au restaurant 3 fois par semaine au Maroc etc.).

 

©Rémi Burlot pour les Clionautes

À propos de l'auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.