Le mercredi 20 novembre 2019 à 18h 

« Jean Moulin, artiste, préfet, résistant »

« Jean Moulin, artiste, préfet, résistant »

Dans le cadre des mercredis du musée, rendez-vous réguliers associant conférences et expositions, le Centre Régional d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Castelnau Le Lez, propose 

  • Une conférence :

« Jean Moulin, artiste, préfet, résistant »
Par Gilbert Benoît et Cécile Escoffier, parents de Jean Moulin 

François Berriot, professeur émérite des Universités et vice-président de l’Association nationale des amis de Jean Moulin.

Dans son dernier ouvrage Ecrits et documents de Béziers à Caluire (L’Harmattan 2018), il met au jour pour la première fois l’essentiel des écrits de Jean Moulin et nous révèle la personnalité d’un homme qui se construit au fil des années.

Cette rencontre permettra de découvrir le personnage dans toute sa richesse et sa complexité .grâce à un échange entre les intervenants et le public.

  • Cette conférence sera suivie du vernissage de l’exposition élaborée par l’ONACGV :

« Jean Moulin, une vie d’engagements »

Cette exposition retrace le parcours de Jean Moulin.

Jean Moulin naît à Béziers le 20 juin 1899. Il est tenté par les arts graphiques mais s’inscrit par raison à la faculté de droit de Montpellier. Sa carrière dans la préfectorale renforce son attachement à la République hérité de son père radical-socialiste. En janvier 1939, il est nommé préfet à Chartres. Lors de l’invasion allemande en juin 1940, il refuse de signer un texte accusant des soldats noirs de massacres de civils. Il est torturé et tente de se trancher la gorge. Le 2 novembre 1940, il est révoqué par Vichy et s’installe dans la propriété familiale de Saint Andiol (Bouches du Rhône). Mais il est déjà dans l’esprit de Résistance. Le 25 octobre 1941, le Général De Gaulle le nomme délégué pour la zone sud et le charge de coordonner les mouvements de résistance et de créer une armée secrète. C’est la mission « REX ». En 1943, une deuxième mission lui est confiée : la création du Conseil National de la Résistance, parlement clandestin réunissant mouvements, partis et syndicats. Il doit préparer la libération et la France d’après guerre.

Pour éviter d’être repéré par Vichy, il ouvre une galerie d’art à Nice, la galerie « Romarin ». Il y expose sa collection personnelle ;

Jean Moulin est arrêté à Caluire par la Gestapo le 21 juin 1943. Torturé par Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon, il meurt des suites de ses blessures lors de son transport vers l’Allemagne le 8 juillet 1943 probablement.

EXPOSITION DU 14 NOVEMBRE AU 31 DECEMBRE AU CRHRD aux heures d’ouverture du musée.

04 67 14 27 45 / crhrdmusee@gmail.com

À propos de l'auteur

Bruno MODICA

Agrégé d'histoire, Chargé du cours d'histoire des relations internationales Prépa École militaire interarmes (EMIA) Chargé du cours de relations internationales à la section préparatoire de l'ENA. (2001-2006) Enseignant à l'école supérieure de journalisme de Lille entre 1984 et 1993. Rédacteur/correcteur au CNED de Lille de 2003 à 2016. Concepteur de la maquette et du cours d'histoire des relations internationales EMIA Correcteur de la prépa. Sciences-po Paris. Master 1. Rédacteur CAPES …

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.