La table ronde “Gouverner les corps des femmes” est proposée par le SNES-FSU et l’association Mnémosyne (https://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/ :  association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre).

Durant 1h30, l’objectif fut d’allier militantisme et rigueur scientifique ; avec pour fil directeur : gouverner le corps des femmes. Le temps fut découpé en 3 parties, la première un  aperçu des sujets de prédilection des intervenantes, puis des questions posées par la modératrice, enfin celle des écoutants.

 

Intervenantes :

Véronique GARRIGUES : professeure agrégée dans le secondaire et docteur en histoire moderne de l’Université de Limoges,  Thèse sur Adrien de Monluc, Comte de Cramail ( 1571-1646), spécialiste des femmes en armes.

Bibia PAVARD : Membre de L’institut universitaire de France, agrégée d’histoire, diplômée de l’IEP de Paris, docteure en histoire, maitresse de conférence Paris 2 Panthéon ASSAS. Histoire politique et culturelle du contemporain, histoire des femmes, du genre et du féminisme.

Nathalie SAGE-PRANCHERE : chercheuse au CNRS, archiviste, paléographe, maitre de conférence, thèse sur l’école des sages- femmes. Les enjeux sociaux de la formation obstétricales en France, 1786-1916,  histoire de la périnatalité.

Amélie HART- HUTASSE ( modératrice)  : professeur d’histoire-géographie en lycée , co-responsable du groupe histoire géographie du Syndicat national des enseignement u second degré (SNES-FSU)

 

I. Gouverner les corps des femmes

A ) Les Femmes en armes ( Véronique GARRIGUES) :

Après une allusion sur sa thèse, qui introduit son intervention, elle pose la problématique suivante : Comment une femme prend-elle les armes ? Quels sont les écrits historiques s’y référant ?

  • Les sources sont peu nombreuses.

Il est possible de s’appuyer sur les écrits de Dominique Godineau, spécialiste de l’histoire des femmes, mais sur les femmes en armes, leur présence est anecdotique durant la Révolution Française.

Pour V.G, la question du nombre n‘est pas à poser contrairement à « la frontière du monde masculin franchie par les femmes » de la Guerre de Cent Ans à la Révolution française.

  •  L’histoire  des femmes est liée à une périodisation effectuée par les hommes.

De nouveaux travaux sur les femmes en armes ont aussi été effectués :

–        la figure de l’amazone par Adrienne Mayor ( chercheuse à Standford, à qui l’on doit : les Amazones, quand les femmes étaient les égales des hommes, VIII siècle av.J.-C.- Ier siècle apr.J.-C.) 

–       les femmes Vikings. Le dernier ouvrage est celui de Jóhanna Katrín Friðriksdóttir, sorti en octobre 2020 ,Les femmes viking, des femmes puissantes.  Ces deux figures sont étudiées grâce à la  reprise de dossier d’archéologie.

  • Les femmes sont partout !

VG poursuit sur l’histoire du genre et la réflexion en histoire contemporaine autour des femmes dans la résistance. Cela conduit à réinterroger la façon dont cette histoire s’écrit. Pour VG, les femmes sont partout à l’époque moderne, dans les guerres civiles et religieuses.

Durant la Guerre de Trente Ans, on retrouve les femmes dans les camps et la figure de la Mère courage. Dans les publications à venir, il y a l’histoire du genre par les Presses Universitaires de Rennes en 2021 ou les femmes militaires. Enfin, un dernier point est abordé : celui des femmes allégoriques. VG prend un exemple : Molly Pitcher durant la révolution américaine.

 

B) Regards portés par l’obstétrique XVIII- XIXe siècle (Nathalie SAGE-PRANCHERE) 

  • Mise en contexte

La fin du XVIIIe siècle voit  émerger en Europe une interrogation et une inquiétude populationniste. Cela s’inscrit dans l’idée que la population est la richesse d’un État et elle est quantifiable grâce aux débuts de l’arithmétique. Le corps de la femme enceinte est donc important, voir essentiel. Pour assurer la force de l’État, les pouvoirs politiques tentent de contrôler deux fléaux :

– le coït interrompu

– La mortalité maternelle.

  • La matrone

Le dernier fléau est imputé, vers 1750, à  la coupable absolue :  la Matrone , la mauvaise sage-femme.  La matrone touche et détruit le corps reproductif féminin. Elle a l’image d’une pocharde et fait preuve de malveillance. Elle est anti naturelle, car elle « tire sur tout ce qui bouge ».

De ce fait, à la fin du XVIIIe se développe des enseignements pour les sages-femmes. Cette formation permet d’avoir une opposition à la figure de la Matrone et prendre soin du corps des femmes enceintes.

  • La formation de sage-femme

La formation de sage-femme est relativement longue, entre 6 mois et 1 an. Qu’en est-il du corps des femmes élèves sages-femmes ? Il faut un corps adapté pour recevoir ce savoir.  En 1860, sont définis des contours physiques. L’élève sage-femme a entre 18 et 30 ans pour s’opposer à la Matrone.  La jeunesse est la qualité fondamentale car on pourra la modeler. Elle doit être forte, agile et souple pour extraire l’enfant. Elle est aussi de taille moyenne,  possède des mains longues et exemptes de callosités.  Les mains sont l’outil principal de la sage-femme pour explorer sans faire souffrir. Elle n’a pas d’embonpoint excessif, car cela est peu convaincant. L’idée du corps permet la bonne formation, et va à l’encontre de l’imaginaire de la matrone.

  • La femme enceinte

En ce qui concerne le corps des femmes enceintes : la sage-femme l’approche par l’entraînement sur un mannequin inanimé.  La femme enceinte est mise en scène via son corps qui est normalisé de force. Elle doit être couchée, les autres positions sont indécentes et mauvaises pour les cliniciens.

En somme, N.S-P. conclue en disant que la « formation de sage-femme est donc un gouvernement de la grossesse et de l’accouchement ».

 

C) Les années 1970. Interdire, libéraliser : l’avortement (Bibia PAVARD)

  • Mise en contexte

Il s’agit d’une période de redéfinition politique et sociale du corps des femmes par différents acteurs.  La surveillance des corps des femmes s’effectue par la police,  la famille, le juridique. BP aborde La loi Neuwirth qui est votée le 19 décembre 1967. Cette loi autorise l’usage des contraceptifs (notamment la contraception orale) mais reste assez restrictive. Il n’y a pas de remboursement, il faut une autorisation parentale pour les mineurs. La loi est décevante et le décret d’application est long à mettre en place.

Dans le contexte de cette loi, la mobilisation féministe change les termes du débat. Pour ce qui est de la question de contraception, il existe une oppression patriarcale.  Cela est visible par divers modèles, diverses affiches du Mouvement de Libération Féminin (MLF) : « Corps contrôlés «  ni le juge, ni le pape, ni le fric » ». ( Sources disponibles dans la Bibliothèque Marguerite Durand à Paris).

  •  La promotion d’un autre mouvement de gouvernement par le mouvement féministe

Cette promotion prend diverses formes :

–       La prise de parole  via le Manifeste des 343, avril 1971 publié dans le Nouvel observateur. Cette posture est très courageuse pour l’époque car la question de l’avortement est véritablement taboue à l’époque. Charlie Hebdo répliquera d’ailleurs avec le titre suivant « Qui a engrossé les 343 ? ».

–       L’exploitation de l’instrument judiciaire : le procès. L’exemple pris est celui de Gisèle Halimi et le procès de Bobigny en 1972. BP montre la mobilisation féministe et l’action de l’avocate décédée en juillet 2020.

–       La pratique d’auto santé : « on peut gouverner nous-même notre propre corps ». La création de brochures artisanales avec les différents modes de contraception.  

BP conclut que même s’il y a l’idée d’une libéralisation dans les années 1970 -1975, le contrôle demeure. La législation française impose l’interruption volontaire de grossesse à l’hôpital et une norme contraceptive. Si avortement il y a, c’est un échec.

 

II- Questions de la modératrice


  1. Quelle est la place des hommes dans le gouvernement du corps des femmes. Gouverner le corps des femmes est-elle le fait de l’homme ? ou des femmes ?

  • Pour la femme combattante

V.G : La cruauté peut être partagée par les femmes, pour preuve, un extrait du siège de Gravelines ( 13 juillet 1558)  «  les femmes sortant des villages, armées de bâton, de leur colère et leur furie, vomissant leurs injures ». Le recul des femmes en armes débute avec Cromwell, en Angleterre, entre 1642-1651 lors de la Révolution.

En France, lors de la trêve de Ratisbonne en 1684, Louvois, ministre d’État exige l’éloignement des femmes : les prostituées, les autres femmes restent car ce sont des vivandières et  elles servent à la stabilité de vie des soldats.

Le deuxième moment  français va de pair avec le début du casernement en 1716, quand s’effectue la séparation des hommes et des femmes. La véritable rupture intervient lors de la Révolution Française : le corps des femmes traverse le débat politique. Un exemple est celui du port des armes par les citoyennes. Pauline Léon, républicaine révolutionnaire, demande le port des armes et se propose de former une compagnie d’amazones. Les vendéennes prennent aussi les armes. Elles sont toujours là, dans tous les cas.

En 1793, les femmes sont totalement exclues des armées, par un décret du  30 avril. L’argument du décret : leur inefficacité dans l’armée ; sont congédiées toutes les femmes inutiles aux armées. Seule la défense du château et de la maison est acceptée : les femmes sont des remplaçantes.

  • Pour la sage-femme

S-P : Beaucoup d’hommes réfléchissent au nombre de sages-femmes. La transmission des savoirs est aussi assurée par les hommes , des «  professeurs d’accouchements ». Ils ont des attentes : la baisse de la mortalité, des pratiques d’abandon et des pratiques déviantes ( la sexualité hors mariage et le « coït interrompu »). Le rôle des sages-femmes est défini comme tel, ce sont des redresseuses de comportement.

  • Sur les débats autour de l’avortement

B.P : Les hommes sont des experts moraux, des scientifiques. Ce sont eux qui tiennent les débats puisqu’il n’y a que neuf femmes siégeant  l’Assemblée Nationale et au Sénat seulement. Les hommes politiques prennent peu en compte la parole des femmes , puis une prise de conscience s’effectue : les femmes ont la légitimité d’en parler.

Sous Valéry Giscard d’Estaing, Simone Veil est choisie car c’est une femme.  Lors de son discours à l’Assemblée nationale elle est « Émue d’être une femme devant une assemblée d’hommes ».  ( Extrait du discours du 26  novembre 1974 : « Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme – je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. »).

Simone Veil efface la lutte des femmes et la catalyse aussi. Il y a donc une dimension genrée de ce débat public.

 

 2. Le gouvernement du corps des femmes dépend-il de la classe sociale à laquelle elles appartiennent ? Quelles sont les formes de résistance ?

  • Pour la femme combattante

VG : Être noble ou pas, joue dans la nature de l’engagement. Les femmes nobles gouvernent le corps des hommes : Elisabeth Ier en Suède, la régence de Catherine de Médicis, Marie de Hongrie en sont des exemples. Diane de France, gouvernante (féminin de gouverneur : charge militaire) durant les guerres de religion, a le poste car elle est compétente.

Il est difficile de retrouver la trace de «  femmes de remparts ou de pic » ( elles protègent hommes et femmes) car les actions sont globales et héroïsées. Les paysannes sont défendues. Les femmes nobles ont des épées et une armure qui n’est pas genrée. Catherine de Médicis a une arbalète. Elle sont aptes à faire la guerre, car elles ont été entrainées.

  • Pour la sage-femme

NSP : Penser pour la masse de la population. Tout au long du XIXe siècle la sage-femme doit être issue du peuple et de la pauvreté, même si ce ne sont pas des indigentes. Ce sont des intermédiaires culturelles. Fille-mère ou  veuves indigentes vont accoucher à l‘hôpital. Quand on accouche hors de chez soi, on est marginalisée. L’Etat s’inquiète des rapports entre sages-femmes et indigentes.

Pour ce qui est des résistances, il y en a quelques-unes : les femmes qui ont subi le passage dans les maternités, celles qui refusent les examens. Une autre technique de résistance est l’appel à la matrone, qui perdure jusqu’à la Seconde guerre mondiale.

  • Pour l’avortement

BP : Il existe une différence de classe vis-à-vis de l’avortement. Les réalités différentes sont mises en lumière par le débat. Les procès de Bobigny sont un cas d’école. Gisèle Halimi  soutient la classe populaire. Un exemple de slogan du MLF durant le procès : « Angleterre pour les riches, la prison pour les pauvres ».

Pour les pauvres, les méthodes de contraception et d’avortement sont davantage hasardeuses et dangereuses ; et peuvent conduire à une condamnation. Il existe aussi un enjeu de « race », via la politique malthusienne  entre la métropole et les Antilles. Aux Antilles, les femmes de 15 ans ont accès à la pilule.  

 

III- Questions des écoutants :

1. Quelle place de l’Église dans l’avortement ?

N.SP : Il n’y a pas de mainmise de l’Église sur la formation des sages-femmes. Deux petites exceptions sont à noter : certaines communautés religieuses intègrent les écoles laïques et les école catholiques de sages-femmes de Metz et puis Lille. Propédeutique.

Enseignement public départemental financé par les conseils généraux  (ex la Rochelle 15000 frs/an). Élèves boursières ou demi-boursière.

2. Et le Communisme ?

BP:  le communisme est pionnier sur l’avortement, surtout en URSS car la légalisation  est pro -avortement dans les années 1930. Puis la position est fluctuante durant les années 1950. Lors du processus d’américanisation, l’opposition à l’avortement est réelle jusqu’au procès de Bobigny

Cette table ronde engagée a tenu ses promesses de rigueur scientifique et de militantisme. L’histoire du genre et du féminisme, en France n’en est qu’à ses débuts car de nombreux pans restent encore à étudier.

 

Vous pouvez également consulter les comptes-rendus des autres conférences des RDVH de Blois 2020.