Il y a quelques temps, je faisais la critique sans concession du numéro spécial de Valeurs Actuelles sur « Gaulois et Francs : nos ancêtres les français », sur le site de la Cliothèque. Et voici que je suis amené à voir, dans le cadre des Rencontres Archéologiques de Narbonne, ce documentaire de Philippe Tourancheaux sur les Gaulois, qui tord le cou à de nombreux mythes au sujet de ce peuple caricaturé dans l’imagerie populaire comme braillard, désordonné, frustre, aviné, inculte, j’en passe et des meilleures. Récompensé au festival Lumexpore de la Ciotat 2018 par le prix du meilleur film de recherche, ce documentaire est une habile construction : approche archéologique fouillée et précise, soutenue par de belles réalisations 3D, des intervenants incisifs et des adeptes du « reenacting » comme l’association Pax Augusta, déjà vue dans d’autres documentaires réalistes. L’ensemble est d’une excellente qualité, se regarde avec plaisir et permet de nous faire une idée assez précise des gaulois entre 300 et 100 après JC. Des agriculteurs plus que des chasseurs de sangliers qu’ils ne mangeaient d’ailleurs pas (désolé, mon vieil Obélix !), des buveurs plutôt parcimonieux, des constructeurs de routes (que Jules César empruntera pour les combattre !), des stratèges militaires n’ayant rien à envier aux gréco-romains, des bâtisseurs d’oppida impressionnantes comme celle de Bibactre. Toute une civilisation celtique, et pas uniquement limitée à la Gaule, car l’étude des petits objets de la vie quotidienne montrent des similitudes dans toute l’Europe antique, de l’Armorique jusqu’à la Dacie. On arrive ainsi à mesurer l’influence de ce peuple sans écriture, rien qu’avec les progès réalisés en archéologie ces dernières années. Déjà diffusé sur France 5 en avril 2018, il peut être utilisé en collège ou en lycée si on fait, par exemple en AP, un travail un peu plus approfondi sur l’archéologie.

 

Mathieu Souyris

Lycée Paul Sabatier,  Carcassonne