La carte mentale facile et pratique

Présentation

La carte mentale est sans doute un outil sous employé ans nos pratiques. Qu’on la nomme ainsi ou carte heuristique ou encore outils de brainstorming, elle constitue une approche non linéaire de la pensée qui peut être utilisée pour de nombreux usages : classer des idées, analyser un documents, faire un exposé (en remplacement du diaporama), etc. Signe des temps, de nombreux services en ligne ont vu le jour, dont le célèbre Framindmap.
Toutefois, on ne saurait jamais assez rappeler que la maîtrise des données reste fondamentale et qu’utiliser un logiciel et des fichiers sur son ordinateur reste plus sûr.

Manipuler

Nous allons ici présenter rapidement Freeplane et Freemind, deux logiciels faciles à prendre en main et disponible pour GNU/Linux, Windows et MacOS. Ils se ressemblent fortement car ils sont basés sur le même code source. Vous les trouverez ici et .
Basiquement on part d’une idée centrale et on crée ensuite des nœuds, comme une arborescence. Pour changer le texte il suffit de double cliquer dans le nœud.
Il est ensuite très utile , car plus efficace et rapide, de naviguer par le clavier en utilisant un nombre limité de commandes :

  • [inser] pour ajouter un nœud
  • Les flèches pour naviguer entre les nœuds
  • [Suppr] pour enlever un nœud
  • et les classiques [Ctrl] + [C]/[X]/[V] pour copier, couper et coller des nœuds simples ou des branches entières

Ensuite, pour affiner, on peut ajouter :

  • des nuages de couleurs avec l’icône dédiée du haut (Freeplane) ou le menu clic-droit
  • des liens entre des nœuds : pour cela il faut en sélectionner deux en maintenant la touche [Ctrl] enfoncée, puis, par un clic droit d’aller insérer / un lien graphique dans le menu proposé.
  • des icônes grâce à la barre de gauche
  • des liens internet

Une fois la carte terminée, on choisit Fichier / Exporter, pour la transformer en image (fichier PNG) ou en PDF.

Ressources

Le propos n’est pas ici de dresser un portrait complet des fonctionnalités, car de nombreuses ressources sont en ligne (parfois un peu anciennes mais cela ne pose pas de problème) : ce pdf ou celui-ci et des vidéo ici et .

Exemple 1 – présenter un exemple documentaire

Voici donc un premier usage. Prenons un dossier documentaire donné à des Premières. Ils devaient classer l’information par une classe mentale : c’est un bon exercice qui permet de rationaliser l’analyse et peut servir en examen pour préparer un plan. Freeplane est ensuite utilisé pour présenter une proposition de classement, en dépliant les nœuds peu à peu pour ne pas afficher la carte en entier à l’ouverture.


Voir la carte au format PDF ou au format natif Freeplane (Fichier zippé pour des raisons de sécurité).

Exemple 2 – de la carte au texte

Autre usage possible : préparer la rédaction d’un texte structuré. La carte mentale sert à bien travailler le classement et la hiérarchie de l’information.


On travaillera cette fois sur Freemind, car la fonction d’export en « OpenOffice » génère un fichier texte en .odt (utilisable avec LibreOffice)où les différents niveaux de nœuds sont associés à des styles de titres : on dispose alors d’une structure toute faite et bien rationnelle.

À propos de l'auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.