Femmes africaines en devenir en Afrique subsaharienne

En l’absence de Catherine Coquery-Vidrovitch, malade, Elizabeth Cremieu, géographe, maître de conférences à Sciences-Po Paris de 1989 à 2009, spécialiste des migrations et de la condition féminine a développé quelques aspects de la condition des femmes en Afrique avant une discussion menée par Coumba Kane, journaliste au Monde Afrique rendue très riche du fait de la présence de nombreuses femmes africaines.

La situation des femmes en Afrique

Une population en pleine croissance, multipliée par huit en un siècle quand le monde connaissait une croissance multiple de quatre.

Les progrès de l’alphabétisation En Afrique subsaharienne, il y a eu environ 52 millions ’inscriptions supplémentaires d’enfants à l’école primaire de 1999 à 2008 et au cours de la même période, le nombre d’inscriptions des filles à l’école primaire est passé de 54% à 74%., l’essor de l’emploi salarié non-agricole. En 2012 les femmes occupant un emploi salarié non agricole représentent 33 % des femmes contre 48 % dans les pays développés et 40% en moyenne mondiale. La bonne participation des femmes à la vie politique est dans la moyenne mondiale, meilleure qu’en France..

L’importance et le développement de l’entrepreneuriat féminin qui n’est pas une nouveauté, .
Catherine Coquery-Vidrovitch Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXe au XXe siècle , Paris, Desjonquères, 1994, 291 p. et réédité en poche La Découverte ( 2013)
Coumba Kane ajoute que les femmes chefs d’entreprise sont désormais plus nombreuses que les hommes au Nigeria.

Comment expliquer cette situation ?

C’est une conjugaison de facteurs :

L’action des agences Nations Unies, Le droit international qui offre un cadre favorable (Charte de l’union Africaine de 2003).

Le rôle des féministes africaines, notamment par la revendication du droit à l’héritage, l’action d’hommes féministes comme Thomas Sankara au Burkina Faso, mais aussi le rôle quotidien des pères comme acteurs du développement de l’éducation des femmes, l’ancienneté des associations féminines et la place de la femme dans la production agricole. Sans oublier le rôle des femmes diplômées, leur influence sur la condition féminine notamment les juristes.

La question économique : Quel est l’impact de la croissance économique sur la situation des femmes ?
Elle est nécessairement positive en cela qu’elle diminue la pauvreté qui touche fortement les femmes. Le problème est avant tout un problème de répartition.

Les défis

Tous les progrès demeurent insuffisants du fait de la pauvreté générale en Afrique.
L’Accès à la contraception demeure faible en Afrique subsaharienne si l’accès passe de 13 à 26% entre 1990 et 2012, la demande non satisfaite bien qu’en progrès (25% en 2012) marque la difficile pénétration de l’idée de contrôle des naissance.
Exemple est pris de la malnutrition au Niger, le pays qui a le plus fort taux de fécondité.Voir Martin Caparros : La Faim, ed Buchet-Chastel, 2015
Martín Caparrós sur le plateau de 28 minutes sur Arte – 19/10/2015[ https://youtu.be/IbY79pcDHU4-> https://youtu.be/IbY79pcDHU4
]

La prééminence masculine traditionnelle reste forte comme le montre les difficultés, pour les femmes, d’accès au foncier même quand les réformes législatives l’autorisent.
Mais il faut se garder des généralisations abusives, il y a nécessité de percevoir les réalités localement : Différences entre pays, entre villes et campagnes, entre centre-ville et bidonvilles des périphéries.

La question de la place des femmes dans les migrations est abordée : un migrant sur deux est une femme, qu’elle migre avec son mari, sa famille ou seule les dangers sont nombreux et plus présents que pour les hommes.

La discussion, très riche, permet de questionner :

  • Le féminisme africain : les revendications : contraception mais pas avortement, la question des mutilations génitales voir à ce sujet l’ONG Gynécologie Sans Frontières : [http://gynsf.org/->http://gynsf.org/], la moins grande opposition aux hommes, points qui ont pu opposer les féministes africaines à leurs sœurs occidentales.
  • Le religieux et les fondamentalismes. Inquiétant pour la condition féminine, accroissement de la pression dans les sociétés patriarcales et si existe un féminisme ISLAMIQUE, dont l’idée maitresse est que le Coran est « féministe » et qu’il a été déformé par des interprétations misogynes. Les féministes islamiques font l’exégèse du Coran, et le retraduisent en partie. Il ne faut pas confondre avec ce qu’on appelle le féminisme ISLAMISTE, qui explique que la femme est complémentaire de l’homme et justifie sa domination. ce qui est pour Elizabeth Crémieu un curieux féminisme.qui se revendique comme islamiste.

Quelques références pour poursuivre la réflexion :

Des films :

L’homme qui répare les femmes , La Colère d’Hippocrate
Un film de Thierry MICHEL et Colette BRAECKMAN
Ce long-métrage sorti en France en février 2016 dresse le portrait du gynécologue congolais Denis Mukwege, devenu célèbre pour l’aide chirurgicale et psychologique qu’il apporte à des milliers de femmes violées dans l’est de la RDC, en proie à des conflits chroniques depuis vingt ans.
En savoir plus sur
[http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/01/22/emotion-et-revolte-apres-la-diffusion-au-congo-de-l-homme-qui-repare-les-femmes_4851674_3212.html#ZY3PexUCDxdDedwK.99->http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/01/22/emotion-et-revolte-apres-la-diffusion-au-congo-de-l-homme-qui-repare-les-femmes_4851674_3212.html#ZY3PexUCDxdDedwK.99
]

« Hope » voyage au bout de l’enfer des ghettos migratoires
Ce film de Boris Lojkine est une fiction à petit budget. Alors qu’il traverse le Sahara pour remonter vers l’Europe, Léonard qui a quitté le Cameroun vient en aide à Hope qui fuit le Nigeria. Dans un monde hostile, ils vont tenter d’avancer ensemble.

Timbuktu aussi appelé Le Chagrin des oiseaux, est un film dramatique franco-mauritanien réalisé par Abderrahmane Sissako, sorti en 2014. Au Mali, des islamistes envahissent la ville de Tombouctou et y imposent la charia…

un livre  de Chimamanda Ngozi Adichie : Nous sommes tous des féministes, folio, Gallimard , 2015
« Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. …  »

À propos de l'auteur

Christiane Peyronnard

Retraitée, j'ai enseigné en collège, en lycée, à l ' IUFM site de Chambéry - Savoie Historienne moderniste de formation Passionnée de l'Afrique (histoire, développement) et des questions environnementales

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.