L’exposition

Elle est visible sur le site Richelieu, galerie Mazarine a lieu jusqu’au 8 juin.

Elle se décompose en plusieurs parties:
La première partie est chronologique avec les différentes étapes de la création de Daumier :

– Des premières lithographies aux lois sur la presse :

La lithographie intitulée “Rue transnonain” relate une bavure policière en 1834.

– Les caricatures de moeurs sous la Monarchie de Juillet :

On y trouve tout un tableau de la vie de l’époque : à la fois les gens de justice, les bas-bleus, les bons bourgeois, les chemins de fer, locataires et propriétaires …

– La Révolution de 1848 et la 2è République : caricatures politiques .

Le personnage de Rastapoil créé par Daumier incarne l’agent de propagande bonapartiste.

– Vie publique et vie quotidienne sous le second Empire :

La censure étant forte, Daumier revient à des thèmes de société : l’exposition universelle, des croquis pris au théâtre, aux bains de mer, des croquis d’été, la “crinolomanie”.
Un peu étonnant : quelques planches d’une série de 10 planches intitulées “les hippophages” fait référence à la campagne d’incitation à la consommation de viande de cheval menée par les autorités vétérinaires en 1856


– Le déclin du second Empire : allégories politiques

On peut trouver la chute de Sedan, le siège de Paris en 1871 …

La seconde partie , intitulée “Dans l’atelier du lithographe” est consacrée au travail de l’artiste et aux conditions d’exercice.

– Avant la lettre :

Trois pierres lithographiques seulement ont été conservées à la BnF et sont présentées. La technique et les étapes de réalisation des lithographies est présentée.


– La lettre ou l’élaboration de la légende :

Où l’on s’aperçoit que les journalistes chargés de rédiger les légendes avaient parfois du mal à comprendre où Daumier voulait en venir.


– Les autorisations de tirage et la censure :

La censure préventive nécessitait des modifications en particulier des légendes.

– la diffusion éditoriale :

C’est dans le journal “Le Charivari” que de très nombreuses caricatures de Daumier sont parues. Imprimé à 3000 exemplaires par Aubert, ce «journal publiant chaque jour un dessin»a fait connaître Daumier et lui a permis de gagner sa vie. Mais Daumier a aussi contribué au succès du journal !

affiche expo

Les ressources en ligne :

La Bibliothèque nationale a ouvert un site consacré
Daumier en parallèle à l’exposition qui se déroule sur le site Richelieu.
Une autre exposition consacrée à Daumier et à ses héritiers est visible sur le site Mitterrand et la BnF a complété le site avec une partie consacrée à Daumier et ses héritiers, en partenariat avec le CLEMI,Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information, qui conserve le dépôt légal des journaux lycéens.

Daumier et ses héritiers
http://expositions.bnf.fr/daumier/index.htm

Le site rassemble trois expositions virtuelles
– Daumier, l’art du lithographe
– Les héritiers de Daumier : l’héritage de Daumier chez les caricaturistes
contemporains,
– Daumier au lycée : une sélection des meilleures caricatures lycéennes depuis
trente ans.

Le dossier de l’exposition s’arrête sur quelques points clés de l’œuvre de
Daumier, entre caricature politique et satire de moeœurs, au rythme de
l’évolution de la liberté de la presse. Il fait pénétrer le lecteur dans
l’atelier du lithographe à travers toutes les étapes, de la matrice au journal imprimé.

Albums et feuilletoirs regroupent l’iconographie par thèmes, certaines
caricatures pouvant être observées à la loupe.

Un dossier pédagogique, consacré à Daumier et plus largement à la caricature, propose une rapide histoire de la caricature, en définit les techniques et procédés. Il remet l’œuvre de Daumier en perspective dans son contexte historique et propose des activités pédagogiques qui s’appuient sur les documents exposés, voire sur d’autres parties du site pédagogique de la BnF (les caricatures de Zola ou de Victor Hugo…) et mettent en relation l’œuvre de
Daumier et de ses héritiers sur un même thème ou un même procédé.

Pour télécharger la fiche d’information que l’on trouve aussi à l’entrée de l’exposition :

http://classes.bnf.fr/classes/pages/pdf/fiche%20daumier.pdf

Des visites guidées sont possibles pour les scolaires (46 € par classe), mais aussi des visites libres, gratuites. Il faut cependant réserver au
01 53 79 49 49 .