Une exposition consacrée à l’armée des soldats de l’armée du premier empereur de Chine se déroule à la Pinacothèque de Paris du 15 avril 2008 au 14 septembre.

Qu’est-ce que la Pinacothèque de Paris ?

C’est un nouveau lieu d’exposition artistique, d’initiative privée, il a ouvert ses portes le 15 juin 2007, au numéro 28 place de la Madeleine, dans le VIIIe arrondissement.

Quelque 2.000 m2, répartis sur trois niveaux dans un ancien bâtiment Fauchon appartenant au Crédit Agricole, partenaire du projet, forment ce nouvel espace dont l’objectif est d’exposer, avec une approche “différente et complémentaire” à ce qui existe, des œuvres d’art allant de l’archéologie à la création contemporaine. Environ 1.000 m2, sur deux niveaux, accueillent une grande exposition et une plus petite, en arts plastiques, photographie, etc. Trois grandes expositions sont prévues par an.

L’exposition “Soldats de l’éternité”

Affiche expo

La dynastie Qin :

Le premier empereur (Shi Huang Di) est issu de la dynastie Qin qui a donné son nom à la Chine. Le royaume de Qin, issu d’une principauté fondée au IXè siècle av J.C., unifia la Chine en un empire centralisé en 221 av J.C., mais l’empire ne survécu pas longtemps à la mort de cet empereur en 210 av J.C.

Pour en savoir plus sur les Qin et le premier empereur :

http://www.chine-informations.com/guide/chine-dynastie-qin-et-ses-empereurs_236.html

http://french.china.org.cn/culture/archives/patrimoinemondial/txt/2006-11/24/content_2257166.htm

L’origine des pièces présentées dans l’exposition :

En 1974 des paysans qui creusaient un puits découvrent les premiers vestiges d’une armée ensevelie, composée de milliers de soldats de terre cuite. les archéologues ont mis au jour depuis plusieurs fosses contenant des objets de la même époque, par exemple des armes, des armures, etc…
La découverte de cette armée engloutie a été un évènement archéologique.
L’ensemble des découvertes archéologiques appartient à un complexe monumental qui s’étend sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés.
Le tombeau de l’empereur n’a pas encore été fouillé mais les fouilles se poursuivent sur le site.

Les pièces exposées à Paris :

Dans une muséographie qui utilise la petite taille des salles de la Pinacothèque, on nous fait découvrir tout d’abord deux staues de ces soldats ainsi qu’une reproduction d’un char en bronze tiré par un attelage de 4 chevaux.

Puis plusieurs salles utilisant les découvertes archéologiques mettent ces soldats dans le contexte de la société de l’époque. Les thèmes abordés sont les suivants :

– les cloches rituelles : en bronze.

– le culte des ancêtres et les vases rituels : par exemple des vases “ding” pour les offrandes de viande que l’on faisait aux aux défunts.

– la conquête de l’Empire : des armes de bronze sont montrées : des lames de lance, d’épées, un mécanisme d’arbalète …

– le jade : minéral très dur, long à travailler. les défunts aristocratiques Qin en avaient sur eux dans leur tombe;

– le développement du luxe :vaisselle de bronze avec des incrustations d’or, d’argent ou de turquoise.

– l’architecture avec des tuiles aux décor animalier : cerf, oiseau …

– Les “ustensiles des esprits” : des modéles réduits des objets funéraires sont placées dans les tombes mais aussi des modèles de greniers, fours et ustensiles agricoles et quelques figurines en terre cuite. A cette époque la tombe devient une réplique imaginaire du monde extérieur. Ces objets sont présentés ici dans des petites vitrines.

La dernière salle ronde est exceptionnelle :

Une petite dizaine de statues de soldats sont présentés : palfreniers, officier, sous-officier, archers, mais on voit aussi une armure faite de centaines de petites plaques de pierre, un conducteur de char, un cheval sellé.

Ces statues sont d’autant plus impressionnantes qu’elles sont fabriquées d’une dimension un peu supérieure à la taille humaine (180 à 196 cm). Même si elles ont été fabriquées selon un procédé de production de masse, on arrive cependant à trouver des détails qui permettent de leur donner une individualité : le regard, la moustache, les lèvres mais aussi les couleurs dont on voit les traces.

Tout un monde à découvrir qui intéressera à la fois les adultes mais aussi les plus jeunes.

Informations pratiques :

– Pour s’y rendre :

Ouverture tous les jours de 10h30 à 18h.

Nocturnes exceptionnelles les lundis 12 mai, 19 mai, 26 mai
et 2 juin, 9 juin, 16 juin, jusqu’à 21 h

28 place de la Madeleine

75008 PARIS

– le site internet :

http://www.pinacotheque.com/

Le site n’est pas très fourni, quelques pages et à la date du 17 avril 2008, rien sur l’exposition “soldats de l’éternité” : c’est surtout une porte d’entrée pour acheter ses billets en ligne.
Bien pratique d’ailleurs car ceux qui viennent sans billets doivent faire la queue sur le troittoir opposé derrière l’église de la Madeleine, un employé avec téléphone envoie les gens au fur et à mesure alors qu’avec les billets achetés et imprimés en ligne on passe comme une lettre à la poste !

– les ateliers pour enfants les mercredis et samedis.

Réservation obligatoire par téléphone, télécopie ou courriel :
Téléphone : 01 42 68 81 07
Télécopie : 01 42 68 02 09

Courriel : groupes@pinacotheque.com

Tarif
9 euros par enfant