Tchad, Soudan, Libye : guerres sans frontières ?

Conférence du 17/03/2016 par Jérôme Tubiana, chercheur indépendant, baroudeur et excellent spécialiste des conflits africains.

Introduction

Il existe un triangle maléfique (evil triangle) entre la Libye, le Tchad et le Soudan. Est ce une zone grise de « mauvaise gouvernance » ?
Pour comprendre les enjeux géopolitiques, il faut une approche transfrontalière dans cette région où les nomades Toubous jouent un rôle central et où le conflit du Darfour et la guerre Libye/Tchad prennent place…

I/ HISTORIQUE de 1982 à 2010.

1) de 1982 à 1994.
En 1982, Hissène Habré revient d’exil du Soudan et prend le pouvoir au Tchad. Il contrôle le Centre et le Sud du pays mais doit reconquérir le Nord (bande d’Aozou annexée par la Libye et Tchad au nord du 16ème parallèle) aux mains de son rival pro-libyen Goukouni Oueddei. La France de Mitterrand soutient Habré contre Kadhafi. Les libyens perdent cette guerre et des communautés arabes tchadiennes fuient et vont participer à la guerre du Darfour…
De 1987 à 1989, les Arabes soutenus par Kadhafi entrent en guerre au Darfour soudanais contre les Fours Noirs soutenus par Hissène Habré. Enfin en 1989, un coup d’état met au pouvoir Omar al Bachir au Soudan.
En 1990, Deby fait un coup d’état au Tchad et renverse Habré (en 2016 arrêté et jugé pour crimes de guerre au Sénégal).
Kadhafi, lui, normalise ses relations avec l’Occident et restitue la bande d’Aozou au Tchad en 1994. Kadhafi promet aussi la citoyenneté libyenne aux Toubous qui ont fait la guerre pour lui, il ne tiendra pas cette promesse ! La situation semble enfin s’apaiser.

2) de 2003 à 2010.

En 2003, la rébellion du Darfour, soutenue par le Tchad de Deby contre Khartoum fait que les relations tchado-soudanaises se gâtent !
Mais, en 2009/2010, une hypocrite entente cordiale et une réconciliation de façade se fait entre Tchad et Soudan.

II/SITUATION de 2011 à 2016.

La chute de Kadhafi en octobre 2011 est une rupture géopolitique majeure dans cette région. Le racisme anti-noir se libère et les Touaregs vont se mettre en guerre en Libye et aussi exporter la guerre au Mali. En Libye la guerre civile de 2012 coupe le pays en deux.

Du côté de Tripoli, en Tripolitaine, voir carte,, le Soudan, les Frères Musulmans, le Qatar, les Touaregs au Sud-Ouest de la Libye et les rebelles tchadiens anti-Deby.

De l’autre côté, soutenant Tobrouk et la Cyrénaïque, on trouve le Tchad, l’Egypte, les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite, les Toubous au Sud-Est de la Libye et les rebelles darfouriens
anti gouvernement soudanais.

La Chute de Kadhafi est une bonne nouvelle pour les Toubous qui contrôlent les trafics de cocaïne, de cigarettes et de migrants subsahariens sur une route Guinée vers Mali vers Niger vers Libye, pour enfin atteindre l’Egypte et la Turquie.
Ces trafiquants évitent le Nord Niger et le Nord Tchad et utilisent les Etats affaiblis (weak States) de Mauritanie, du Nord Mali et du Sud libyen.
Les rebelles soudanais et tchadiens ont toujours besoin d’armes, de drogue et d’argent. Le triangle maléfique (evil triangle) est donc réactivé.

Dernier élément une Ruée vers l’or (Gold Rush) démarre en 2011 et s’accélère en 2012/2013 dans le Tibesti au Tchad et au Niger.
Des chercheurs d’or créent des villes champignons et cela provoque des conflits entre Toubous et orpailleurs, il y a un Toubou pour 50 orpailleurs et les Toubous relancent leur tradition de « gardiens de la terre » mais au lieu de bâtons et de lances ils ont des armes lourdes modernes. Une sorte de confrontation finale a lieu en 2015 dans la fameuse bade d’Aozou où les milices ethniques Toubous attaquent 40.000 mineurs composés de soldats déserteurs, de rebelles soudanais et tchadiens et de délinquants. Les Toubous coupent la route d’approvisionnement en eau venue de Libye et donnent l’assaut. 60 mineurs sont massacrés avant l’intervention rapide de l’armée tchadienne.

Conclusion

Il y a une vraie opposition entre le Tchad de Deby et le Soudan d’Omar al Bachir. La Libye, elle, a volé en morceaux et compte deux gouvernements à l’Ouest et à l’Est, plus Daech à Syrte.
La géopolitique transfrontalière a donc ici démontré les influences et les interactions compliquées entre les trois éléments du triangle maléfique : Libye, Tchad et Soudan où règnent effectivement des guerres sans frontières…

À propos de l'auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.