object(ImagickException)#21203 (7) { ["message":protected]=> string(140) "unable to open image `//infos-75.com/infos75/wp-content/uploads/2013/12/daumier.jpg': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712" ["string":"Exception":private]=> string(0) "" ["code":protected]=> int(435) ["file":protected]=> string(98) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-content/plugins/clio-manager/includes/class-bothend.php" ["line":protected]=> int(360) ["trace":"Exception":private]=> array(12) { [0]=> array(6) { ["file"]=> string(98) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-content/plugins/clio-manager/includes/class-bothend.php" ["line"]=> int(360) ["function"]=> string(11) "__construct" ["class"]=> string(7) "Imagick" ["type"]=> string(2) "->" ["args"]=> array(1) { [0]=> string(140) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-content/uploads/clionautes/IMG/http://infos-75.com/infos75/wp-content/uploads/2013/12/daumier.jpg" } } [1]=> array(6) { ["file"]=> string(101) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-content/plugins/clio-manager/includes/class-shortcodes.php" ["line"]=> int(429) ["function"]=> string(22) "get_spip_thumbnail_url" ["class"]=> string(20) "Clio_Manager_Bothend" ["type"]=> string(2) "::" ["args"]=> array(2) { [0]=> string(66) "http://infos-75.com/infos75/wp-content/uploads/2013/12/daumier.jpg" [1]=> string(6) "medium" } } [2]=> array(6) { ["file"]=> string(66) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/shortcodes.php" ["line"]=> int(319) ["function"]=> string(13) "doc_shortcode" ["class"]=> string(23) "Clio_Manager_Shortcodes" ["type"]=> string(2) "->" ["args"]=> array(3) { [0]=> array(2) { ["id"]=> string(4) "3195" ["args"]=> string(4) "left" } [1]=> string(0) "" [2]=> string(3) "doc" } } [3]=> array(2) { ["function"]=> string(16) "do_shortcode_tag" ["args"]=> array(1) { [0]=> array(7) { [0]=> string(27) "[doc id="3195" args="left"]" [1]=> string(0) "" [2]=> string(3) "doc" [3]=> string(22) " id="3195" args="left"" [4]=> string(0) "" [5]=> string(0) "" [6]=> string(0) "" } } } [4]=> array(4) { ["file"]=> string(66) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/shortcodes.php" ["line"]=> int(197) ["function"]=> string(21) "preg_replace_callback" ["args"]=> array(3) { [0]=> string(130) "/\[(\[?)(doc|documents)(?![\w-])([^\]\/]*(?:\/(?!\])[^\]\/]*)*?)(?:(\/)\]|\](?:([^\[]*+(?:\[(?!\/\2\])[^\[]*+)*+)\[\/\2\])?)(\]?)/" [1]=> string(16) "do_shortcode_tag" [2]=> string(1938) "
[doc id="3195" args="left"] Jusqu’au 4 mars 2014, le Crédit municipal de Paris (ancien Mont de Piété) (55 rue des Francs-Bourgeois, dans le 4è) propose cette belle exposition, qui présente des caricatures moins connues de Daumier. Elles sont consacrées, non à la politique, mais aux loisirs des Parisiens : le théâtre, le Carnaval de Paris, les Expositions universelles, l’attrait pour la Seine ou le Café. Il y croque les défauts des riches et des pauvres, insiste sur des détails amusants : une femme coincée dans un tourniquet par sa robe à crinoline, cette même robe fouillée au passage de l’octroi parce que, ainsi que nous l’indiquent les notices (très bien faites et nécessaires parce que les dessins de Daumier font allusion à des détails qui ne nous parlent plus), des femmes cachaient des marchandises sous leur jupe pour ne pas payer la taxe. Les dessins sont classés par thème, sur des fonds de couleurs différentes qui rendent le tout très lisible, un dossier est en outre proposé au début de chaque visite pour pouvoir lire tout à son aise les textes qui accompagnent les dessins. C’est une exposition où l’on apprend que les étudiants vendaient leurs vêtements pour participer au Carnaval, où l’on voit des vues des Champs Elysées lorsqu’ils étaient encore des champs, où des documents et objets supplémentaires (gravures, chapeaux haut-de-forme, lunettes de théâtre, ombrelles, éventails publicitaires) ont été rajoutés pour compléter les oeuvres de Daumier et nous placer dans l’ambiance. Et, ce qui est rare, c’est une exposition où l’on entend des visiteurs du XXIème siècle rire des caricatures de Daumier….

[documents]
" } } [5]=> array(4) { ["file"]=> string(69) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/class-wp-hook.php" ["line"]=> int(286) ["function"]=> string(12) "do_shortcode" ["args"]=> array(1) { [0]=> string(1938) "
[doc id="3195" args="left"] Jusqu’au 4 mars 2014, le Crédit municipal de Paris (ancien Mont de Piété) (55 rue des Francs-Bourgeois, dans le 4è) propose cette belle exposition, qui présente des caricatures moins connues de Daumier. Elles sont consacrées, non à la politique, mais aux loisirs des Parisiens : le théâtre, le Carnaval de Paris, les Expositions universelles, l’attrait pour la Seine ou le Café. Il y croque les défauts des riches et des pauvres, insiste sur des détails amusants : une femme coincée dans un tourniquet par sa robe à crinoline, cette même robe fouillée au passage de l’octroi parce que, ainsi que nous l’indiquent les notices (très bien faites et nécessaires parce que les dessins de Daumier font allusion à des détails qui ne nous parlent plus), des femmes cachaient des marchandises sous leur jupe pour ne pas payer la taxe. Les dessins sont classés par thème, sur des fonds de couleurs différentes qui rendent le tout très lisible, un dossier est en outre proposé au début de chaque visite pour pouvoir lire tout à son aise les textes qui accompagnent les dessins. C’est une exposition où l’on apprend que les étudiants vendaient leurs vêtements pour participer au Carnaval, où l’on voit des vues des Champs Elysées lorsqu’ils étaient encore des champs, où des documents et objets supplémentaires (gravures, chapeaux haut-de-forme, lunettes de théâtre, ombrelles, éventails publicitaires) ont été rajoutés pour compléter les oeuvres de Daumier et nous placer dans l’ambiance. Et, ce qui est rare, c’est une exposition où l’on entend des visiteurs du XXIème siècle rire des caricatures de Daumier….

[documents]
" } } [6]=> array(6) { ["file"]=> string(62) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/plugin.php" ["line"]=> int(203) ["function"]=> string(13) "apply_filters" ["class"]=> string(7) "WP_Hook" ["type"]=> string(2) "->" ["args"]=> array(2) { [0]=> string(1938) "
[doc id="3195" args="left"] Jusqu’au 4 mars 2014, le Crédit municipal de Paris (ancien Mont de Piété) (55 rue des Francs-Bourgeois, dans le 4è) propose cette belle exposition, qui présente des caricatures moins connues de Daumier. Elles sont consacrées, non à la politique, mais aux loisirs des Parisiens : le théâtre, le Carnaval de Paris, les Expositions universelles, l’attrait pour la Seine ou le Café. Il y croque les défauts des riches et des pauvres, insiste sur des détails amusants : une femme coincée dans un tourniquet par sa robe à crinoline, cette même robe fouillée au passage de l’octroi parce que, ainsi que nous l’indiquent les notices (très bien faites et nécessaires parce que les dessins de Daumier font allusion à des détails qui ne nous parlent plus), des femmes cachaient des marchandises sous leur jupe pour ne pas payer la taxe. Les dessins sont classés par thème, sur des fonds de couleurs différentes qui rendent le tout très lisible, un dossier est en outre proposé au début de chaque visite pour pouvoir lire tout à son aise les textes qui accompagnent les dessins. C’est une exposition où l’on apprend que les étudiants vendaient leurs vêtements pour participer au Carnaval, où l’on voit des vues des Champs Elysées lorsqu’ils étaient encore des champs, où des documents et objets supplémentaires (gravures, chapeaux haut-de-forme, lunettes de théâtre, ombrelles, éventails publicitaires) ont été rajoutés pour compléter les oeuvres de Daumier et nous placer dans l’ambiance. Et, ce qui est rare, c’est une exposition où l’on entend des visiteurs du XXIème siècle rire des caricatures de Daumier….

[documents]
" [1]=> array(1) { [0]=> string(1938) "
[doc id="3195" args="left"] Jusqu’au 4 mars 2014, le Crédit municipal de Paris (ancien Mont de Piété) (55 rue des Francs-Bourgeois, dans le 4è) propose cette belle exposition, qui présente des caricatures moins connues de Daumier. Elles sont consacrées, non à la politique, mais aux loisirs des Parisiens : le théâtre, le Carnaval de Paris, les Expositions universelles, l’attrait pour la Seine ou le Café. Il y croque les défauts des riches et des pauvres, insiste sur des détails amusants : une femme coincée dans un tourniquet par sa robe à crinoline, cette même robe fouillée au passage de l’octroi parce que, ainsi que nous l’indiquent les notices (très bien faites et nécessaires parce que les dessins de Daumier font allusion à des détails qui ne nous parlent plus), des femmes cachaient des marchandises sous leur jupe pour ne pas payer la taxe. Les dessins sont classés par thème, sur des fonds de couleurs différentes qui rendent le tout très lisible, un dossier est en outre proposé au début de chaque visite pour pouvoir lire tout à son aise les textes qui accompagnent les dessins. C’est une exposition où l’on apprend que les étudiants vendaient leurs vêtements pour participer au Carnaval, où l’on voit des vues des Champs Elysées lorsqu’ils étaient encore des champs, où des documents et objets supplémentaires (gravures, chapeaux haut-de-forme, lunettes de théâtre, ombrelles, éventails publicitaires) ont été rajoutés pour compléter les oeuvres de Daumier et nous placer dans l’ambiance. Et, ce qui est rare, c’est une exposition où l’on entend des visiteurs du XXIème siècle rire des caricatures de Daumier….

[documents]
" } } } [7]=> array(4) { ["file"]=> string(69) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/post-template.php" ["line"]=> int(240) ["function"]=> string(13) "apply_filters" ["args"]=> array(2) { [0]=> string(11) "the_content" [1]=> string(1758) "
[doc id="3195" args="left"] Jusqu'au 4 mars 2014, le Crédit municipal de Paris (ancien Mont de Piété) (55 rue des Francs-Bourgeois, dans le 4è) propose cette belle exposition, qui présente des caricatures moins connues de Daumier. Elles sont consacrées, non à la politique, mais aux loisirs des Parisiens : le théâtre, le Carnaval de Paris, les Expositions universelles, l'attrait pour la Seine ou le Café. Il y croque les défauts des riches et des pauvres, insiste sur des détails amusants : une femme coincée dans un tourniquet par sa robe à crinoline, cette même robe fouillée au passage de l'octroi parce que, ainsi que nous l'indiquent les notices (très bien faites et nécessaires parce que les dessins de Daumier font allusion à des détails qui ne nous parlent plus), des femmes cachaient des marchandises sous leur jupe pour ne pas payer la taxe. Les dessins sont classés par thème, sur des fonds de couleurs différentes qui rendent le tout très lisible, un dossier est en outre proposé au début de chaque visite pour pouvoir lire tout à son aise les textes qui accompagnent les dessins. C'est une exposition où l'on apprend que les étudiants vendaient leurs vêtements pour participer au Carnaval, où l'on voit des vues des Champs Elysées lorsqu'ils étaient encore des champs, où des documents et objets supplémentaires (gravures, chapeaux haut-de-forme, lunettes de théâtre, ombrelles, éventails publicitaires) ont été rajoutés pour compléter les oeuvres de Daumier et nous placer dans l'ambiance. Et, ce qui est rare, c'est une exposition où l'on entend des visiteurs du XXIème siècle rire des caricatures de Daumier....[documents]" } } [8]=> array(4) { ["file"]=> string(84) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-content/themes/clio-Extra/single-post.php" ["line"]=> int(91) ["function"]=> string(11) "the_content" ["args"]=> array(0) { } } [9]=> array(4) { ["file"]=> string(71) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/template-loader.php" ["line"]=> int(74) ["args"]=> array(1) { [0]=> string(84) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-content/themes/clio-Extra/single-post.php" } ["function"]=> string(7) "include" } [10]=> array(4) { ["file"]=> string(58) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-blog-header.php" ["line"]=> int(19) ["args"]=> array(1) { [0]=> string(71) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-includes/template-loader.php" } ["function"]=> string(12) "require_once" } [11]=> array(4) { ["file"]=> string(49) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/index.php" ["line"]=> int(17) ["args"]=> array(1) { [0]=> string(58) "/var/www/vhosts/clionautes.org/httpdocs/wp-blog-header.php" } ["function"]=> string(7) "require" } } ["previous":"Exception":private]=> NULL }
Jusqu’au 4 mars 2014, le Crédit municipal de Paris (ancien Mont de Piété) (55 rue des Francs-Bourgeois, dans le 4è) propose cette belle exposition, qui présente des caricatures moins connues de Daumier. Elles sont consacrées, non à la politique, mais aux loisirs des Parisiens : le théâtre, le Carnaval de Paris, les Expositions universelles, l’attrait pour la Seine ou le Café. Il y croque les défauts des riches et des pauvres, insiste sur des détails amusants : une femme coincée dans un tourniquet par sa robe à crinoline, cette même robe fouillée au passage de l’octroi parce que, ainsi que nous l’indiquent les notices (très bien faites et nécessaires parce que les dessins de Daumier font allusion à des détails qui ne nous parlent plus), des femmes cachaient des marchandises sous leur jupe pour ne pas payer la taxe. Les dessins sont classés par thème, sur des fonds de couleurs différentes qui rendent le tout très lisible, un dossier est en outre proposé au début de chaque visite pour pouvoir lire tout à son aise les textes qui accompagnent les dessins. C’est une exposition où l’on apprend que les étudiants vendaient leurs vêtements pour participer au Carnaval, où l’on voit des vues des Champs Elysées lorsqu’ils étaient encore des champs, où des documents et objets supplémentaires (gravures, chapeaux haut-de-forme, lunettes de théâtre, ombrelles, éventails publicitaires) ont été rajoutés pour compléter les oeuvres de Daumier et nous placer dans l’ambiance. Et, ce qui est rare, c’est une exposition où l’on entend des visiteurs du XXIème siècle rire des caricatures de Daumier….