La montagne alpine, laboratoire de la frontière ouverte

En introduction Anne-Marie GRANET-ABISSET tente une ou plutôt des définitions de la frontière : ligne naturelle, ligne politique, « limes » ou marche, zone transfrontalière.
pour la montagne alpine de quelle frontière parle-t-on?

Elle insiste sur la nécessité de contextualiser dans le temps et l’espace la notion de frontière.

Une histoire de la frontière
Partant de deux documents une vidéo d’actualités cinématographiques de 1946 à propos de la question du Val d’Aoste (frontière linguistique et découpage diplomatique) et d’une photographie de 1907 des faucheurs piémontais à St Véran (migration saisonnière) la conférencière montre comment la frontière, régulièrement traversée, n’est guère marquée avant les XVIII et XIX ème siècle et que sa matérialisation pour les populations est l’installation de la douane.


Il y a 300 ans le Traité d’Utrecht sonnait le glas des Escartons et Briançon perdait son titre de capitale de la République du Grand Escarton. [http://www.alpes-et-midi.fr/sites/alpes-et-midi.fr/files/styles/originale_alpes-et-midi/public/articles/images/2013/01/5158176-7698412.jpg?itok=2MvmTcD0->http://www.alpes-et-midi.fr/sites/alpes-et-midi.fr/files/styles/originale_alpes-et-midi/public/articles/images/2013/01/5158176-7698412.jpg?itok=2MvmTcD0]

Un second thème est développé, celui du déplacement, dans le temps, de la frontière avec un focus sur les Escartons briançonnais (du XIVème au traité d’Utrecht – 1713) qui reste ancré dans les mémoires et le patrimoine (Col Agnel). Ce qui pose le sens même de la frontière et notamment des frontières mentales et conduit à la nécessité de prendre en compte l’épaisseur du temps dans toute politique de développement territorial.

Place à la géographie, Kevin SUTTON avec comme question le franchissement des frontières par les voies de communication: ouverture ne voulant pas dire effacement mais mise en scène comme au col du Brenner.
La réflexion porte ensuite sur les limites du massif alpin.
Aujourd’hui le franchissement par les grands tunnels montre que la frontière est moins politique que technique, réglementaire.

Composer la traversée pour inventer la frontière
Quelle épaisseur de l’espace frontière? La question est évoquée à partir d’exemples : Modane tête de tunnel , jumelage Domodosola / Brigue de part et d’autre du Simplon. La frontière est même projetée dans la cas du report modal suisse.

Composer avec la frontière pour s'(af)franchir
La libéralisation ferroviaire s’appuie sur un respect et une validation des frontière même si on peut aujourd’hui parler d’une dilatation de la frontière, de l’espace de la traversée comme le montre les lieux de contrôle frontaliers.

Savoie Terminus Modane pour les candidats à l’exil [http://www.ledauphine.com/savoie/2011/04/06/terminus-modane-pour-les-candidats-a-l-exil->http://www.ledauphine.com/savoie/2011/04/06/terminus-modane-pour-les-candidats-a-l-exil]

Questions de la salle:
Dans le cas de la convention alpine peut-on dire que le territoire produit sa frontière?
Les alpes: territoire ancien de mobilités.

À propos de l'auteur

Christiane Peyronnard

Retraitée, j'ai enseigné en collège, en lycée, à l ' IUFM site de Chambéry - Savoie Historienne moderniste de formation Passionnée de l'Afrique (histoire, développement) et des questions environnementales

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.