La frontière – Borderline ou Frontier – est constitutive de l’imaginaire américain, elle a animé les hommes et participé à la constitution de l’identité nationale au point d’être un déterminant fondamental de la géopolitique des Etats-Unis.
Intervenant : Frédéric Munier est professeur agrégé d’histoire, spécialiste de géopolitique et enseignant au lycée Saint-Louis à Paris.

Avant propos, présentation du thème : pourquoi la frontière?

Frédéric Munier commence son accroche par une anecdote personnelle en évoquant un thème qui depuis son enfance l’a toujours interrogé depuis qu’il avait regardé une série «Star Trek» américaine à la télévision, un épisode particulier intitulé « final frontier » et il trouvait étrange et mystérieux le titre de cet épisode évoquant beaucoup la frontière, un espace indéfini. Le géographe a pris cet exemple du titre de cet épisode sorti en 1967, pour montrer que le terme est difficile à traduire, ici pour désigner un espace ultime, « frontier » où nul homme n’a jamais habité. Cette ultime frontière américaine a un sens multiple, il est polysémique.

Aux États-Unis, pour traduire le mot frontière, il existe deux mots, le mot « border » et « frontier ». Frédéric Munier propose de réfléchir à partir de l’analyse sémantique des deux vocables à la fois sur leur signification historique et géopolitique. Le premier vocable analysé, « border » est un mot difficile à traduire. En anglais, border possède plusieurs significations à la fois cela peut signifier la frontière administrative ou une démarcation matérielle ou bien une signification politique.
Le second terme de « frontier » en anglais peut être traduit en français par « front pionner ». Le conférencier fait référence à une définition de Jacques Lévy dans son dictionnaire géographique pour lequel la frontière est perçue « comme un espace mobile marquant la limite provisoire de l’expansion d’une société, ici frontière vue comme un espace plus vaste mis en valeur ». Donc, ici, la définition ne se limite plus à un espace fixé et définitif mais à un espace transitoire et mobile qui est lié à la valorisation de l’espace conquis. Cette polysémie en anglais, « border » et « frontier », qui fait dire à Jacques Levy, que la seule frontière incontestablement fonctionnelle fut la frontière Nord américaine, c’est-à-dire un front pionnier colossal dynamique parce que résultant d’un rapport de force très déséquilibré entre les défenseurs, les Indiens et les assaillants, les Américains. La frontière cesse alors d’être pour un temps une chimère destructrice, et devient vu du côté des gagnants, des anglais, des anglo-américains, l’emblème de l’aventure.

Frédéric Munier présente ensuite un tableau célèbre évoquant cette vision mythique d’une frontière repoussée au-delà des confins et ouverte à la conquête. C’est un tableau connu de 1872 représentant Colombia, une allégorie féminine évoquant l’Amérique, le nom rappelant Christophe Colomb. Colombia est représentée en mouvement en direction vers l’ouest en train d’accompagner les colons américains le long de cette frontière au-delà d’espaces inconnus. Cette belle représentation montre tout le mythe de la frontière, un espace de conquête, avec des colons, des fermiers, des trappeurs, des bucherons, des paysans, accompagnés de leurs familles, des femmes, des enfants venant de l’est. L’ idée était de représenter à travers cette peinture surtout que ces colons étaient avant tout des « farmers ». Cette représentation fait partie d’un imaginaire, une idée qui remonte aux premiers temps de l’histoire américaine avec le troisième président américain, Thomas Jefferson, celui qui a acheté entre autre le Mississippi, qui se faisait représenter en fermier avec des valeurs de rudesse, de courage, de travail. Ce tableau illustre donc parfaitement l’idée de la conquête.

Les États-Unis disposent donc d’une double conception de la frontière, « border » et « frontier », pour désigner une extension de territoire mais aussi pour justifier une expansion géopolitique. « Frontier », la frontière tient lieu à la fois du mythe fondateur, mythe qui explique au sens grec du terme l’origine de la constitution du territoire et mythe qui justifie l’expansion américaine. Le plan de son objet d’étude se concentre sur les trois points suivants : 1) une lecture historique de la frontière, 2) la frontière perçue comme un mythe et 3) la frontière devenue un outil de puissance, une lecture géopolitique de la frontière.

I – LA FRONTIERE AMERICAINE UNE DIALECTIQUE ENTRE «BORDER» ET «FRONTIER», UNE LECTURE HISTORIQUE DE LA FRONTIÈRE

La frontière, une approche théorique :

Après une rapide présentation des ouvrages de référence pour aborder son sujet d’étude, Michel Foucher « éloge des frontières », et Régis Debray « critique de la frontière », Frédéric Munier s’appuie sur la définition de la frontière d’après Jacques Lévy pour tenter de la définir. Jacques Levy distingue la frontière à trois types d’effets spatiaux. La frontière peut être à la fois une barrière, une interface, les deux aussi (exemple la barrière entre les Etats-Unis et le Mexique mais aussi une interface) et peut être également un territoire en soi. Au XIXe siècle la frontière, la « frontier », est un territoire, entre la civilisation, celle des Américains et la barbarie, de l’inconnu.

La frontière, la constitution d’un territoire

Quant à Michel Foucher, il rappelle que les frontières possèdent trois fonctions principales, une fonction légale (elle définit le droit des délits nationaux), une fonction de contrôle (lien avec les nationalités, contrôle de ceux qui sortent ou qui entrent sur le territoire) et une fonction fiscale (par exemple la douane). La frontière est ainsi indispensable de la notion de territoire. La frontière transforme un espace, une notion proche du milieu car pas encore une notion de limite et c’est la frontière qui fait passer de l’espace au territoire, une zone appropriée, bornée. Ainsi, les grands espaces américains, le Far West, avec la mention de frontière sont devenus des territoires.

La fin de la « frontier », la fin du « front pionnier »

Frédéric Munier s’appuie sur un autre ouvrage, celui de Régis Debray « Critique de la frontière » sorti à un période où la notion de la frontière était très à la mode, pour montrer que la frontière n’a pas toujours été perçue comme une limite acceptée mais plutôt une « border » critiquée voire même diabolisée. D’un point de vue étymologique, la frontière vient du latin sancire qui signifie délimiter, entourer, interdire. Les Etats ont besoin de ces espaces qui soient fixes au contraire de l’Antiquité c’étaient des eschatia, des espaces aux limites floues, aux marges des cités grecques antiques les délimitant ainsi entre elles sans que ces territoires à la marge ne soient revendiqués. La frontière associée à un espace qui délimite, qui étanchéifie peut être mais qui permet des échanges. Pour Régis Debray « le mur interdit le passage, la frontière le régule », la frontière est donc un espace de régulation.

Les EU et la frontière

La conquête américaine, c’est l’histoire d’une relation entre « frontier » le front qui se dérobe, « border » à la « frontier » qui recule sans cesse et une fois l’espace valorisé, elle laisse place à la « border ». C’est une histoire très ancienne. Rappel de l’histoire du Mayflower quittant le Royaume Uni en 1620 dans lequel s’étaient embarqués des Puritains en fait surtout des sécessionnistes de l’église anglicane et ils avaient décidé de conquérir le Nouvel Israël. Ils se voyaient comme de nouveaux juifs auxquels Dieu offrait à ces anglicans, à ces puritains un nouvel Israël en Amérique, une terre qui était donnée à la valorisation et ces gens sur le Mayflower, le bateau qui les amenait sur le Nouveau Monde, ont signé un pacte, le 11 novembre 1620, le « Mayflower Compact ». Ce document est perdu depuis mais on a conservé une transcription sur laquelle les Anglais écrivaient ceci « ayant entrepris pour la gloire de Dieu, pour la propagation de la foi et en l’honneur de notre roi, un voyage voit implanter une première colonie dans les régions septentrionales de Virginie …». Pour Frédéric Munier on a une définition qui s’apparente à la notion de « frontier » c’est-à-dire le désir de s’implanter, de prospérer, se développer, de s’étendre. Tout démarre en quelque sorte avec cette histoire originelle des premiers pionniers anglo-saxons.

De la frontière à la border un territoire de conquête

Après l’indépendance américaine en 1783, les colons devenus des Américains depuis 1776, les colonies anglaises devenues des colonies américaines avec le traité de Paris; rapidement les nouveaux Américains décidèrent en 1785 de valoriser l’espace et d’étendre la frontière. Ils ont institué un système original qu’on appelle le système du Township, c’est un système de division des espaces disponibles, rapidement conquis, le Mississipi servant de frontière à l’ouest. Ces espaces conquis sont divisés par le cadastre. Des lots ensuite sont définis et donnés aux colons, 40 acres en moyenne de superficie permettant à une famille de quatre à cinq personnes de vivre. C’est ainsi que l’on passe de la frontière, « frontier » le front que l’on conquiert à un espace délimité, avec des « borderline », des limites administratives dans lesquels les colons se sont installés avec un espace à valoriser.

Une carte de 1803 montre l’extension du territoire américain vers l’ouest. Elle montre l’extension qui passe par exemple par des achats, exemple de Napoléon 1er qui a vendu la Louisiane en 1803 à Thomas Jefferson. La frontière se déplace vers l’ouest, période de l’apogée de la conquête de l’ouest. Deux explorateurs américains Lewis et Clark passent du centre des Etats-Unis à l’ouest vers le pacifique en traversant les Rocheuses et ils inaugurent le chemin qui va permettre aux nouveaux colons de passer d’est en ouest. La découverte des mines d’or en 1848 a accéléré la conquête vers l’ouest, vers la Californie enchaînant la ruée vers l’or des populations venues de l’est traversant de bout en bout le pays tout entier. Les Américains ont constitué de fait leurs frontières de plusieurs manières soit par la conquête, de espaces vierges ou peu habités, les Indiens ont été pour cela déportés vers l’ouest, soit par l’achat de terre (achat de la Louisiane en 1803, une partie du Nouveau Mexique en 1853, l’Alaska à la Russie en 1876) ou soit par l’occupation ou l’annexion comme le Texas en 1845, soit parfois par les conquêtes comme la guerre avec le Mexique qui a permis aux Américains d’annexer une grande partie du Mexique, soit un tiers du territoire mexicain, devenue l’Etat du Nouveau Mexique en 1848.

En 1890, la totalité du territoire a été conquise. Tout le territoire a été ensuite rapidement cadastré. C’est la fin de la « frontier », il n’y a plus de frontière. Tout l’espace est devenu un territoire. Est-ce que cela veut dire, fin de la « frontier », que c’est la fin des frontières ? Non, mais par contre il y a beaucoup de « borders » avec la création des Etats américains. Les Etats avaient été bornés dans les années 1850 mais ils n’étaient devenus des Etats américains qu’à partir de 1890. Pour devenir un Etat, il fallait qu’il y ait au moins 60 000 colons. En dessous de 60 000 colons, un « border » délimite un espace quasi vide ; à partir de 60 000, cette zone pouvait acter, demander au congrès américain de devenir un Etat. Le Wyoming, le Montana, l’Oregon étaient des espaces quasi vides jusqu’à la fin du XIXe siècle et ne sont devenus des Etats qu’à la fin du siècle, à l’inverse de la Californie, qui dès 1850, avec la ruée vers l’or, est devenue rapidement un Etat.
La fin de la « frontier » comme espace pionnier ne signifie pas la fin des frontières, au contraire, les frontières ont été enracinées, elles deviennent des « borders ». D’autres frontières s’imposent comme les grandes frontières officielles, les Etats-Unis sont divisés en grands espaces comme les espaces Est-Ouest, Centre-Ouest, Midwest, etc. Il existe d’autres types de frontières moins administratives comme les belts, les ceintures, qui constituent des frontières de différents types, comme la corn belt, la ceinture du maïs, la wheat belt, la ceinture du blé, la bible belt, la ceinture de la bible au sud-est des Etats-Unis. On constate que Les Etats-Unis sont ainsi organisés avec une multitude de frontières. Ces frontières-là sont définies bien après la « frontier ». L’Alaska, par exemple, dans le discours des gens qui habitent Anchorage aujourd’hui s’imaginent être de nouveaux colons, de nouveaux trappeurs et donc s’imaginent l’Alaska comme une nouvelle frontière terrestre.

II – LA FRONTIERE PERÇUE COMME UN MYTHE, UNE LECTURE IDÉOLOGIQUE

La « destinée manifeste », justification de l’expansion

La frontière est devenue le creuset des valeurs américaines, une thèse développée vers 1893 au moment de la fin de la « frontier ». John O’Sullivan, journaliste américain, pose pour la première fois dans un article publié en 1845 dans un magazine, l’idée de destinée manifeste: « c’est notre destinée manifeste de nous déployer sur le continent conquis par la Providence pour le libre développement de notre grandissante multitude ». Il justifie l’expansion par la volonté divine, la «Providence », c’est Dieu qui a donné cet espace à conquérir aux Américains pour qu’ils le valorisent. Cette thèse en 1845 va servir aux présidents américains qui vont se succéder au cours du XIXe siècle pour justifier la poursuite de la conquête avec l’annexion de l’Oregon jusqu’à Georges Bush qui a emprunté cette même thèse pour légitimer sa politique.
Autre personnage important pour justifier la frontière dans l’espace et l’histoire des Etats-Unis, c’est Frederick Jackson Turner dans son livre publié en 1893 « la frontière américaine» dans lequel il explique que les valeurs américaines ont été forgées par la frontière et en particulier dans le Far West. La force, l’acuité, le sens pratique des Américains, leur énergie, l’individualisme, toutes ces valeurs relevées par Jackson seraient attribuées à la frontière. Il va jusqu’à dire que c’est la frontière qui aurait démocratisé les Etats-Unis. Il explique également que les treize provinces originaires ont été développées rapidement et de grands propriétaires assez riches, pas tout à fait démocrates, aux côtés des gens du peuple assez pauvres ont servi d’agents démocratiques et ils auraient donc démocratisé les Etats-Unis. C’est une thèse très discutée aujourd’hui parmi les historiens. Ce que ne savait par Turner, c’est que les Etats-Unis avaient conquis plus de terre entre 1845 et 1890, puis Turner ne parle que d’hommes, comme si la frontière n’ avait polarisé que des individus arrivés en masse mais isolés alors que beaucoup de communautés religieuses ou des communautés nationales comme les Italiens, les Irlandais, sont partis nombreux. La théorie de Turner se résume au fait que la frontière n’aurait forgé que des individus et non pas des groupes. Turner invente donc le mythe de la frontière forgée par des hommes courageux ,les cowboys, les trappeurs, tout cet ensemble a forgé dans l’imaginaire américain le mythe de la « frontier ».

Le mythe de la frontière et le soft power

La littérature et le cinéma se sont emparés à leur tour du mythe de la frontière assez rapidement à la fin du XIXe siècle en développant le genre du western incarnant des individus courageux, une frontière qui marque la limite entre la civilisation et la barbarie (les Indiens), la lutte contre la nature sauvage bien évoquée dans le film de Jeremiah Johnson qui illustre le mythe du cowboy solitaire. Parmi la multitude de films hollywoodiens reprenant ce mythe de la frontière, quelques exemples sont pris par le conférencier pour illustrer ce propos comme le film avec John Wayne en 1939 « The New Frontier » (1935) mettant en avant les nouveaux horizons, l’utilisation des armes à feu, le dépassement de soi; un autre exemple un film produit par Walt Disney, Davy Crockett dans « king of wine frontier » qui raconte l’histoire du célèbre trappeur qui a participé au siège de Fort Alamo en 1836 au cours duquel il trouva la mort, une mort héroïque, mort sur la frontière ; un autre exemple « the last frontier » avec Victor Mature, jouant le rôle d’un trappeur américain qui vit sur la frontière pas perçue comme un barrage et non plus comme un espace d’interface mais un espace en soi dans lequel vivent les Indiens. Toute l’histoire du film repose sur cet antagonisme entre le trappeur, les Indiens et un colonel qui a pour objectif de casser cette frontière et de se battre contre les Indiens. Le trappeur, le héros du film, cherche à maintenir cette frontière et se range du coup du côté des Indiens car cette frontière est perçue comme un espace de liberté et vouloir la briser, c’est briser cet élan américain. Autre figure assez connue, la publicité pour une marque de cigarettes entre 1860 à 1973, Malboro, montrant sur une affiche un homme, un cowboy fumant sa cigarette, instrumentalise la frontière évoquant la liberté.

Mythe de la frontière et le discours politique

La frontière devenue un mythe constitutif des Etats-Unis est entrée dans le discours politique jusqu’à nos jours. Deux exemples pour montrer que la frontière est aussi un objet politique avec le célèbre discours de John F. Kennedy et celui tenue par Georges W. Bush en 1990. Le thème de campagne pour les élections présidentielles au début des années soixante de J.F.Kennedy a été « la nouvelle frontière ». Plusieurs discours portent ce thème mais c’est dans celui prononcé le jour de la convention des démocrates au moment de son investiture que J. F. Kennedy reprend toute la sémantique sur la frontière, sur l’idée d’être des pionniers et des espaces à conquérir lorsqu’il dit « je vous demande à tous d’être les pionniers de cette nouvelle frontière… ». Il pense à la conquête de l’espace, à conquérir les questions qui sont celles de la pauvreté, de la guerre froide, et de rester la première puissance mondiale.
La notion de frontière se retrouve aussi dans le discours de Georges H. Bush prononcé le 11 septembre 1990 au moment de la fin de la guerre froide dans lequel il évoque les soldats américains qui se sont battus en Irak en tant que « vaillants américains » et qui ont été prêts à quitter leurs familles, leur patrie, pour servir leur pays et que « l’expansion américaine va servir un nouvel ordre mondial… ». L’ancien président américain dit clairement que le but de la frontière qui a servi à la justification de l’expansion à l’échelle nationale sert désormais à la justification de l’impérialisme américain dans le monde.

III – LA « FRONTIER » UN OUTIL DE PUISSANCE, UNE LECTURE GEOPOLITIQUE

Projeter et défendre la frontière

1823-1947 la doctrine Monroe, « l’Amérique aux Américains », une doctrine isolationniste marque la fin des liens politiques avec la vielle Europe. Mais ce discours isolationniste s’arrête en 1947 mais avant 1947 l’expansion américaine se fait avec l’Europe mais avec d’autres espaces. En 1898, la guerre avec l’Espagne au sujet de Cuba est un premier impérialisme américain puisqu’à la suite de la guerre de 1898, les Etats-Unis annexent l’île de Guam, Porto Rico, les Philippines et posent un quasi protectorat sur Cuba. Puis, c’est l’extension de la « frontier » vers le Pacifique, vers Amérique latine et l’espace caraïbe. Les Etats-Unis dans cet espace caribéen n’ont cessé par ailleurs d’intervenir à la suite des mesures prises par Theodore Roosevelt avec la doctrine du « Big Stick », une politique étrangère visant à faire assumer aux Etats-Unis dans cette zone une place de véritable police internationale. Plus tard, au cours du XXe siècle, les Etats-Unis ont défendu et étendu leur « frontier » pour défendre « le monde libre » durant la guerre froide.

En finir avec les frontières

Dans les années quatre-vingt-dix,les Etats-Unis ont tenu un discours un peu différent. Puisqu’ils ont gagné la guerre froide, le discours désormais s’oriente vers l’idée de la fin de la frontière. Kenichi Ohmae parle ainsi de la fin de l’histoire puisqu’il y a plus de guerre froide donc plus de frontière pour les Etats-Unis. La « frontier » en fait devient mondiale dans un monde globalisé selon les Etats-Unis. Se développe ainsi l’idée que les frontières disparaissent, que l’on casse les frontières par la globalisation. La « frontier » devient mondiale et se dilate dans l’espace mondial. Sur le plan géopolitique, cela se traduit pour les Etats-Unis par l’affirmation de leur hyperpuissance. Dans les années 2000, on est passé du discours de la « frontier » perdue aux Etats-Unis, de dire que la frontière s’est dilatée à l’espace mondial à la fois économiquement, le commerce mondial, les Etats-Unis sont le moteur durant cette période et puis géopolitiquement.

Revenir sur la frontière

Assiste-t-on à un retournement avec l’actuel président des Etats-Unis, Donald Trump, qui prône le retour de la « border », à la Frontière physique ? Le retour à la « border » se manifeste par le projet de réaliser plus de 3300 km de murs entre Mexique et EU. Dans la réalité,lorsqu’on observe les statistiques, il y a de moins en moins de sans-papiers qui sont arrêtés et par contre plus de mexicains qui retournent chez eux au Mexique que de Mexicains qui viennent aux Etats-Unis. La réalité aujourd’hui, ce n’est pas une immigration massive de Mexicains, c’est plutôt le contraire, les flux se sont inversés. La fin de la frontière aux Etats-Unis est une rétraction géopolitique et géoéconomique. Le président Trump n’a pas voulu signer les accords transpacifiques, le TPP (Trans-Pacific Partnership Agreement » et le Tafta (traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union Européenne) non plus, donc on assiste bien à une rétractation des Etats-Unis sur la frontière à la fois politique et économique. Le slogan de campagne de Donald Trump, « America First » (« l’Amérique d’abord ») correspond à une angoisse américaine sur le déclin qui rompt avec un certain optimisme chez Obama. Revenant sur les frontières nationales, le président Trump est en train d’ouvrir une porte significative à la Chine, acquise au libre-échange et donc il n’est pas sûr que son retour à la puissance de l’ « America First » ne favorise pas assez paradoxalement la puissance américaine. C’est sur cette dernière réflexion que se termine cette conférence efficace et rigoureuse, fortement applaudie, qui ravira autant les étudiants préparant les concours de l’enseignement supérieur que le public curieux de connaître les grandes lignes de force de la géopolitique américaine.