Blois 2015. A-t-on vraiment besoin de programmes d’histoire ?

Table ronde de Michel Lussault, Raphaëlle Branche, Romain Bertrand et Patrick Boucheron à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois.
Bien que le sujet ne traite pas des empires, cette table ronde, à un intérêt scientifique vu la polémique engendrée par la publication des programmes. Nul besoin de vous laisser dans le suspense, cette table ronde ne sera pas un débat. Tous les protagonistes s’accordent sur l’importance des compétences et le rôle secondaire des connaissances.

Le Conseil supérieur des programmes (CSP) a eu pour mission la refonte complète des programmes dans toutes les matières et dans toutes les disciplines, après la conception d’un nouveau socle commun. Socle, qui a vu le mot « culture », s’ajouter aux termes « compétence » et « connaissance ». Ce renouvellement ne s’est pas fait sans heurts. La publication de la première mouture en avril dernier, a engendré de nombreux débats avec une cristallisation toute particulière sur le programme d’histoire. La liberté pédagogique prônée par cette première version, avec des thèmes obligatoires et d’autres au choix, n’a pas été du goût de tout le monde. Certains politiques et intellectuels, il est facile de trouver lesquels dans un moteur de recherche, se sont offusqués par exemple de l’obligation de traiter l’islam alors que le thème des Lumières devenait une option. Paradoxalement, on lui a aussi reproché de prôner un retour du « roman national ». Après une concertation nationale, les programmes définitifs ont été publiés en septembre. Concernant l’histoire, nous sommes revenus à un programme que certains pourraient qualifier de « classique », tous les thèmes sont obligatoires !

LA TABLE RONDE

Les programmes d’histoire à proprement parler  n’existent pas, ce sont des programmes d’histoire et de géographie. Il n’y a d’ailleurs plus de tiret entre les deux termes mais dorénavant un « ET » dans les nouveaux programmes. C’est une manière de rappeler que ces deux matières sont enseignées à parts égales. Voilà la phrase d’ouverture de cette table ronde par Michel Lussault, géographe et président du Conseil Supérieur des Programmes.

Alors a-t-on vraiment besoin de programmes d’histoire ? Spontanément, Michel Lussault répond « non » ou du moins préférerait que non. Nous sommes trop croyants dans les programmes scolaires et en particulier en histoire. Trop de personnes s’estiment en droit de les commenter et en font des manifestes qui servent à définir ce qu’est la « vrai » histoire. Mais quelle est cette « vraie » histoire ? De quel point de vue parle-t-on ?
Autre problème, nous avons tendance à les regarder du points de vue du savant et non de l’élève. Pour le CSP, le plus important dans le programme, ce n’est pas le contenu disciplinaire mais le tableau de compétences. D’où le rêve ambitieux de Michel Lussault de ne plus avoir de programme mais uniquement le tableau de compétence avec juste quelques balises de dates.

Raphaëlle Branche,

historienne et rédactrice en chef de la revue Vingtième Siècle, commence son intervention en précisant directement qu’elle n’a jamais enseigné dans le secondaire et à ce titre ne peut répondre à la question qu’avec une casquette d’universitaire, de citoyenne, voire de celle d’une mère d’élève (les autres participant de la table ronde ferons la même remarque à leur sujet). Son interrogation principale est centrée sur la place en France de l’identité et du rôle prétendu de l’histoire dans celle-ci. Interrogation à laquelle, elle ne donnera pas de réponse mais qu’elle illustrera par un exemple: celui de l’entrée dans les programmes de terminale des mémoires de la Guerre d’Algérie. Partie du programme importante, intéressante mais difficile à enseigner notamment parce qu’elle précède la recherche, il n’y a jusque-là pas d’ouvrage universitaire sur ce sujet. La rapidité du passage de la recherche dans les programmes du secondaire n’est pas une nécessité. D’après Raphaël Branche, il serait certainement plus constructif de se focaliser sur les compétences que sur les connaissances.
Pour l’historienne, il est quand même difficile de faire comprendre le métier d’historien en changeant de thème toutes les cinq séances. La première mouture du programme aurait permis d’approfondir quelques thèmes, ce qui en termes de méthodologie est plus efficace.

Patrick Boucheron, historien qui s’intéresse également à l’épistémologie, trouve la proposition de Michel Lussault sympathique, car « l’histoire est une et indivisible comme la république ». La méthode est la même pour tous, peu importe le niveau d’enseignement. Patrick Boucheron dénonce la focalisation passionnelle sur les programmes d’histoire comme si cette dernière était la seule à former des citoyens. Les programmes d’histoire sont même crédités d’un pouvoir énorme : une ligne de programme donne directement un cours et une vérité. Ce constat prouve bien que trop de générations ont assisté à des cours pleins de contenu mais vide de compétences et de méthodes historiques.

La première mouture des programmes doit être saluée comme innovante. Les programmes sont trop lourd, il fallait les alléger affirme Patrick Boucheron. L’historien s’excuse ensuite (il est applaudi par la salle) de ne pas les avoir soutenus et se demande d’ailleurs pourquoi les universitaires ne sont pas montés publiquement au créneau pour les défendre. La liberté pédagogique a été massacrée dans le débat public et par des personnes qui n’avaient aucune légitimité pour le faire. Cette première mouture est, pour lui, une occasion manquée. Dans la version définitive, on trouve par exemple les grandes découvertes, absente de la première mouture car elle n’existe pas et que l’on remet dans les nouveaux programmes pour contenter ceux qui pensent que cela existe. Il a été reproché à la première version d’être trop centrée, trop nationale mais pour Patrick Boucheron l’espace le plus fermé est l’université et c’est justement par là que passent les enseignants. L’université devrait former à la critique les enseignants qui devront mettre en place ces programmes. Les solutions véritablement innovantes sont celle que les enseignants inventeront une fois la porte de la salle fermée.

Michel Lussault s’interroge sur l’impossibilité de parler différemment de ces questions et rappelle voire dénonce, la création d’une commission d’historiens pour définir le « bon programme » d’histoire qui a failli être constitué en mai-juin dernier. Les réactions ont été selon lui disproportionnées pour des programmes destinés aux 9-16 ans. Le CSP a été incapable d’ouvrir un débat réel, il n’y a pas qu’une seule façon de faire l’histoire et le CSP n’avait pas pour but d’imposer une norme.
Le géographe défend la version définitive du programme en insistant bien sur le fait que le CSP à réintégrer de la liberté pédagogique, les programmes ne sont plus aussi directifs que les précédents, il n’y a pas de volumes horaires par exemple. Les professeurs doivent donc se les approprier. Pour autant, ce ne sont pas des programmes light, ils sont exigeants en termes de compétences.

Romain Bertrand, historien qui travaille sur la décentralisation de l’histoire, s’inquiète de la dualité des programmes avec le globe contemporain en géographie et l’historicisation du globe en histoire. De plus, les découpages chronologiques du programme font passer à la trappe certaines réalités plus globales.

Michel Lussault termine cette table ronde en expliquant l’abandon des thèmes aux choix. Abandon qui a donné lieu à un débat au sein du CSP. Une majorité des membres a considéré que la possibilité de faire des choix n’avait pas été comprise et avait brouillé le message. Les programmes sont trop chargés mais cet épisode montre une incapacité sociale et professionnelle d’accepter l’allègement.
Le président du CSP répondra à une question du public sur le modèle d’éducation en expliquant que le niveau d’égalité ne s’établie pas par les connaissances. L’égalité c’est le socle commun.

Les contenus ne sont pas secondaires mais second, ce sont des outils qui servent les compétences. La seule légitimation par le contenue ne suffit plus. Michel Lussault conclu cette table ronde en posant cette question : « Qu’est ce qui nous reste du collège ? ». Généralement, la liste est courte. Il vaut mieux poser la question : « Qu’est-ce qui nous reste de la scolarité ? ». La réponse est plus longue.

À propos de l'auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.