Les Rendez-vous de l’histoire du monde arabe #4 – Chirac, Assad et les autres

Les Rendez-vous de l’histoire du monde arabe #4 – Chirac, Assad et les autres

Vendredi 25 mai 2018 – Bibliothèque, de 17h30 à 18h30

Présentation de l’ouvrage Chirac, Assad et les autres (PUF, 2017).

 

Intervenants  : 

–  Manon-Nour Tannous, docteur en relations internationales et chercheur associé au Collège de France.

– Modérateur : Henri Laurens, professeur au Collège de France titulaire de la Chaire d’histoire contemporain du monde arabe.

Présentation du livre par l’éditeur :

« En 2011, les soulèvements contre l’autoritarisme ont imposé à la France de redéfinir sa politique envers la Syrie. Pour saisir la portée de ce défi, il faut réinscrire les relations franco-syriennes dans un temps long et comprendre les mécanismes à l’origine de la situation actuelle. Manon-Nour Tannous effectue une plongée dans les coulisses et les secrets de la diplomatie française envers la Syrie, et répond aux grandes questions : sur quelles bases repose la relation franco-syrienne ? Comment expliquer ses fluctuations ? Quels sont les acteurs qui y prennent part et ceux qui y interfèrent ? »

Henri Laurens commence par présenter le livre de Manon Nour-Tannous, un livre d’histoire autant que de sciences politiques, qui aborde la diplomatie de levier. Il s’agit d’un livre issu d’un travail de thèse qui repose à la fois sur des archives diplomatiques et nationales et sur des entretiens avec de nombreux témoins.

Manon-Nour Tannous souligne que sa thèse portait sur les années 1995-2007 alors qu’elle a choisi, pour son livre, d’étudier les relations franco-syriennes sur un temps plus long, s’étendant de l’indépendance de la Syrie en 1946 à nos jours. Cela permet de souligner les continuités, à commencer par la continuité des enjeux. La relation franco-syrienne est tout d’abord une relation inégalitaire, dans la mesure où la France a été la puissance mandataire en Syrie. La France est une puissance mondiale face à une puissance régionale, un pays développé face à un pays en développement, un pays en paix face à un Etat confronté à la guerre. Mais la France ne dicte pas pour autant ses conditions de manière unilatérale. La relation entre les deux Etats est faiblement institutionnalisée, car gérée avant tout par les exécutifs. Les questions patrimoniales et archéologiques bénéficient d’un traitement médiatique important comme en témoignent l’exposition qui s’était tenue en 1993 à l’Institut du Monde Arabe (Syrie, mémoire et civilisation) ainsi que la couverture des destructions de Palmyre par les médias.

Manon-Nour Tannous rappelle ensuite que la relation entre la France et la Syrie a été scandée par des événements extérieurs. En 1956, la crise du canal de Suez éclate dans un double contexte d’essor du nationalisme arabe et d’influence soviétique forte. La relation franco-syrienne connaît ainsi une période de refroidissement jusqu’à 1962 et la fin de la guerre d’Algérie, qui marque l’établissement de bases nouvelles entre la France et la Syrie. En 1970, Hafez el-Assad accède au pouvoir par un coup d’Etat. A partir de 1976 et dans les années 1980, la Syrie intervient militairement au Liban. En 1995, Jacques Chirac, nouvellement élu, souhaite relancer la relation franco-syrienne et donner à la France un rôle de médiateur. La relation est à nouveau marquée par le contexte international, notamment l’opération « Raisins de la colère » de l’armée israélienne visant les forces du Hezbollah, allié de la Syrie, au Liban en 1996 et la guerre d’Irak à partir de 2003. En 2005, Rafiq Hariri, homme politique sunnite et ancien président du conseil libanais, est assassiné. Il avait démissionné pour dénoncer le rapprochement du président Emile Lahoud avec la Syrie. En 2008, Bachar el-Assad se rend en visite officielle à Paris. L’année 2012 est marquée par la fermeture de l’ambassade de France à Damas.

Le moteur de la relation franco-syrienne repose sur les ambitions régionales des deux pays. Lors de la crise de 1996, Hafez el-Assad considère que l’appui de la France peut contrer l’influence américaine dans le cadre du conflit israélo-arabe. La France veut avoir accès à des acteurs inédits tels que le Hezbollah et l’Iran. Chaque Etat joue un rôle de levier pour l’autre. Havez el-Assad met en avant l’interconnexion des dossiers, le linkage (politique mise en oeuvre par Kissinger en 1973). L’idée est que tout geste sur un dossier au Moyen-Orient peut donner lieu à une contrepartie. Ainsi, l’acteur syrien montre qu’il maîtrise les termes de la relation. La diplomatie française reconnaît la centralité du pouvoir en commençant à parler de la « Syrie d’Assad ».

Manon-Nour Tannous évoque ensuite une série de représentations, dont la politique de nuisance du régime syrien. Il s’agit d’une idée très répandue au sein de la diplomatie française. Les années 1980 sont marquées par une série d’attentats, notamment l’assassinat  à Beyrouth en 1981 de Louis Delamare, ambassadeur de France au Liban, puis l’attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982 ainsi que l’attentat qui vise les parachutistes français à Beyrouth en 1983. François Mitterrand pratique le réalisme politique et dédouane le président Assad. Si le terrorisme apparaît comme un instrument du régime syrien, se développe l’idée qu’il ne faut pas isoler ce régime. La deuxième représentation concerne la centralité du régime qui masque les questions internes et sociales, prises en compte uniquement à travers le prisme de la stabilisation ou de la déstabilisation. Au sein de la diplomatie française, se construit le principe du moindre mal. Les diplomates identifient des opposants tels que les Frères musulmans, les baasistes, les communistes et craignent un vide et une dégradation en cas de changement de régime dès les années 1980. Le repoussoir est le modèle chiite iranien. En 1982, les massacres de Hama en 1982 débutent par l’assassinat de 70 personnes par les Frères musulmans, Hafez el-Assad décrète l’état de siège et envoie l’armée afin de reprendre le contrôle de la ville. Le thème de la réforme du régime syrien est également très présent dans les documents diplomatiques. Hafez el-Assad le laisse penser en faisant le constat qu’un rapprochement avec les Etats-Unis pouvait être profitable après la chute de l’URSS. Il rejoint ainsi la coalition contre Saddam Hussein lors de l’opération « Tempête du désert ». Il procède également à une série de libéralisations dans le domaine économique (loi n°10 en 1991 sur les investissements étrangers). En 2000, Bachar el-Assad succède à son père. Sous le mandat de Jacques Chirac, la coopération est alors très dense. Par exemple, la France participe à une réforme de l’administration syrienne par l’envoi de fonctionnaires français pour faire un audit en Syrie. Une école est créée, l’INA, en coopération avec l’ENA, en 2002. Elisabeth Picard (auteur de Liban-Syrie, intimes étrangers. Un siècle d’interactions sociopolitiques, 2016) indique qu’il s’agit de « se réformer pour durer » ou de faire croire à la réforme pour se maintenir. Cette stratégie paralyse toute alternative politique.

Manon-Nour Tannous évoque en conclusion les changements depuis 2011 en évoquant une condamnation rapide de la répression par la France, mais aussi une certaine impuissance malgré un activisme à l’ONU sur le sujet. Emmanuel Macron affirme vouloir un aggiornamento, mais emploie le même vocabulaire que ses prédécesseurs. La diplomatie française est ainsi confrontée à un double échec : celui de la diplomatie de levier et depuis 2011, un soutien à une alternative politique. Certains parlementaires français reviennent à une représentation sur le temps long.

Jennifer Ghislain pour les Clionautes

À propos de l'auteur

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.