Voici la méthode que j’ai utilisée avec l’accord de tous les adhérents qui sont intervenus pour nouer le dialogue avec cet éditeur.

Après débat et échange entre nous sur la liste des clionautes, j’ai proposé le texte d’un courrier qui s’adressait directement aux éditiosn Belin. Pour éviter toute exploitation de cette question j’ai choisi d’attendre le six mai pour relancer les échanges et les discussions sur le sujet.

Le 15 avril 2007 : Envoi du texte. Pas de réponse

Le 2 mai 2007 : Second envoi du texte assorti d’un message téléphonique au service de presse. Aucune réponse

Le 3 mai : Premier contact direct avec la responsable du service de presse.

– Réponse : “Je n’ai rien à vous dire ! Nous ne ferons pas de commentaire” “Appelez ma PDG”

Le 4 mai : Appel à la direction des éditions Belin. Je suis rappelé par Marie Claude Brossolet, Président Directeur Général des éditions Belin.
Nosu avons un très large échange de vues pendant lequel j’apprends le contexte de cette discussion.

Nous convenons de l’intérêt du dialogue que nous souhaitons, d’autant plus que d’autres associations n’ont pas publié le point de vue de la maison d’édition.

Le 10 mai 2007 : : Je reçois le texte de Mme Brossolet.

Le 12 mai : : Publication en ligne

Commentaire : Les échanges ont été, comme en convient Madame Brossolet dans sa lettre, particulièrement courtois. Elle souhaite par ailleurs renforcer les contacts avec l’association et elle apprécie énormément les comptes rendus de lecteurs que nous faisons, notamment pour la géographie