Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène. Table ronde autour de l’exposition.

Du 01 juillet au 15 octobre 2017, le château de Blois accueille une belle exposition consacrée à l’un de ses anciens et illustres propriétaires: Gaston d’Orléans, cadet d’Henri IV et frère de Louis XIII. La table ronde de ce soir rassemble les principaux organisateurs de l’exposition qui ont su chacun faire ressortir les points forts de leur travail. Elle a été suivie par une visite inattendue et agréable de ladite exposition. De quoi donner envie de prolonger le plaisir par de bonnes lectures sur le sujet.


Gaston d’Orléans vêtu à la romaine et tenant le bâton de commandement, Château de Versailles, © RMN-Grand Palais (Château de Versailles)

La table ronde rassemble Elisabeth Latrémolière, directrice du Château de Blois, et les principaux organisateurs de l’exposition. Jean-Marie Constant, professeur émérite à l’université du Maine, auteur de multiples ouvrages sur la période, partage le commissariat scientifique de l’exposition et du catalogue avec Pierre Gatulle, auteur d’une solide biographie sur Gaston d’Orléans (Champ Vallon, 2012). Les conservateurs Maxence Hermant, Pascale Heurtel et Michelle Lenoir interviennent au titre du Comité scientifique, notamment autour des jardins du domaine. Les échanges sont animés par Cédric Michon, professeur à l’université de Rennes II et éditeur du catalogue d’exposition.

Le catalogue est à la fois un bel objet et un livre qui tire le bilan d’un sujet. Il ravira ceux qui aiment autant le fond que la forme. Gaston d’Orléans, dans l’imagerie laissée par Alexandre Dumas, est souvent réduit à son goût pour la chasse, sa superficialité, son tempérament ennuyeux. Ce portrait est-il historiquement exact ?
Jean-Marie Constant : Gaston d’Orléans traîne une réputation peu reluisante et pourtant, si l’on en croit les sources, cette réputation est injustifiée. A Blois, il a par exemple fondé le collège jésuite, il a fait planter et distribuer des plantes médicinales, il était très aimé. Lors des campagnes de Flandres, il a été un général tout à fait valable.
En réalité, ce prince a souffert de la postérité littéraire et historiographique de ses ennemis, de celle du cardinal de Richelieu, du cardinal de Retz ou du comte de Montrésor. Ses relations difficiles avec son frère, Louis XIII, n’ont rien arrangé. Même son mariage a été occasion de brouille puisqu’il n’a pas, à rebours de tous les usages, demandé l’autorisation de son aîné avant de convoler. Exilé deux fois en Lorraine à la suite de révoltes, ce prince n’a jamais réussi à imposer ses vues. A son décès, cruelle ironie, son oraison funèbre n’est même pas publiée par son neveu, le jeune Louis XIV.

Pierre Gatulle, c’est votre deuxième livre sur Gaston. Qui est votre Gaston d’Orléans ? Quelle est sa postérité au XIXe siècle ?
Pierre Gatulle : Gaston d’Orléans n’a aucune descendance masculine donc personne n’est en mesure de prendre en charge sa mémoire. Les vaincus de l’histoire comme le cardinal de Retz sont les seuls à s’en charger… Et ce sont eux qui ensuite sont repris, notamment par Voltaire dans Le siècle de Louis XIV. L’historien doit donc faire preuve de discernement avant de trop accabler ce prince.
Par exemple, on a beaucoup glosé sur l’indécision de Gaston d’Orléans. Or, dans le même temps, nous avons plusieurs sources qui affirment que le prince était l’incarnation parfaite de l’ « honnête homme ». Au XVIIe siècle, l’honnête homme, dans le sillage des Essais de Montaigne, est un individu qui doute, qui accorde de la place à de l’ambiguïté et qui de ce fait, paraît indécis… Ce qui est une qualité chez certains devient un défaut chez d’autres. Du reste, les collections laissées à la postérité donnent à voir un prince curieux, intéressé par les sciences, la nature, les livres.

Elisabeth Latremolière, peut-on résumer la relation entre Gaston et le château de Blois à la « pente raide » sur son retour de chasse, dont parle Alexandre Dumas ?
Elisabeth Latremolière : Après avoir été un modèle d’architecture au XVIIe siècle, le château est resté malheureusement inachevé. La naissance de Louis XIV a définitivement ruiné les ambitions du prince autant qu’elle a asséché ses fonds. Le prince a continué de vivre dans l’aile François Ier, dans un bâtiment écartelé entre château neuf et château vieux. Bien sûr, cela aurait pu être pire. Mais cela aurait pu être mieux aussi…
La malchance continue au XIXe siècle car le bâtiment a failli ne pas être restauré dans les années 1870. Aujourd’hui encore, on a du mal à s’extirper des partis pris de Viollet-le-Duc.


Aile Gaston d’Orléans, château de Blois (c) F. Lauginie

Cet étrange château est souvent cité en référence par les enseignants. Car avec une rotation à 360° sur Google Earth, le professeur peut d’un tour de souris retracer facilement les grands traits de l’histoire de l’architecture. Cette histoire tourmentée a donc du bon… Parlons maintenant des jardins, ces grands oubliés du domaine de Blois.
Pascal Heurtelle et Michelle Lenoir : Les jardins ont été aménagés sous Louis XII et ont aujourd’hui complètement disparu, hormis deux bâtiments, le pavillon de la Rhénane et l’Orangerie. Le jardin a été confié à des botanistes compétents qui ont collecté des plantes rares venues de toute la France. Il y avait des fleurs exotiques remarquables mais aussi beaucoup d’espèces médicinales et des fleurs triviales comme les trèfles.

L’exposition accorde une place importante aux collections de Gaston.

Camée des collections de Gaston d’Orléans
Pierre Gatulle : Les collections ont souvent été réduites à peu de choses, des manuscrits et quelques statues en somme. Nous réévaluons tout cela aujourd’hui. Certes, aucun inventaire précis n’a été fait au XVIIe siècle mais nous disposons quand même d’un testament du prince qui fait état de médailles, d’antiques, de raretés, de livres de fleurs et d’oiseaux. Alors bien sûr, on ne sait pas ce que sont devenues précisément chacune des coquilles ou des médailles d’or et d’argent, mais ce n’est pas parce que ces objets se sont volatilisés mais plutôt parce qu’ils ont été intégrés en 1660 aux collections royales et qu’il n’y a jamais eu de référencement distinctif. De même, nous avons conservé les deux célèbres portraits de Gaston d’Orléans mais la collection de peinture du prince devait certainement être plus importante.
Quelques certitudes toutefois, notamment sur les vélins et sur les manuscrits, qui révèlent d’ailleurs des goûts assez variés entre la botanique, la cartographie, les manuscrits médiévaux, la grammaire latine, etc.

© Muséum national d’Histoire naturelle, Dist. RMN-Grand Palais – MNHM, bibliothèque centrale

Nicolas Robert (1614-1685)
Corona imperialis flore e luteo pallescente, Inst rei Herb 372
Fritillaria imperialis Linné, var., Asie
Fritillaria imperialis Linné (Liliacées)
Vélin, portefeuille 7, folio 41

On a reproché à Gaston de ne pas avoir assez soutenu ses amis. Pourriez-vous maintenant nous expliquer ce point?
Jean-Marie Constant : Je me contenterai d’un seul exemple. Lors de la révolte de 1632, Gaston d’Orléans est en exil en Lorraine où il veut abattre le tyran Richelieu. Très influencé par les oratoriens, Gaston pense qu’il faut lutter pour soulager la misère populaire. Il recrute alors 4 à 5000 cavaliers allemands et liégeois et parie sur la révolte de la noblesse française. Or, hormis le Languedoc et le Quercy, la noblesse ne vient pas. C’est un affront pour Gaston mais on peut comprendre la noblesse. Le dilemme n’est pas mince. Il faut choisir entre le roi et celui qui, à l’époque, est l’héritier présomptif de la Couronne. Par ailleurs, les déclamations de Gaston sur sa propre mort, qu’il souhaite héroïque et au combat, ont de quoi inquiéter.
Finalement, si Gaston revient à plus de prudence pour sa vie, la bataille vire au cauchemar (Castelnaudary, 1632). Le duc de Montmorency, un des rares qui avait suivi Gaston, est arrêté et exécuté à Toulouse, au grand dam de la noblesse. Condé lui-même avait tenté d’obtenir sa grâce. Gaston, lui, est exilé pendant près de deux ans et, le moins que l’on puisse dire est que beaucoup lui ont reproché son manque de loyauté vis à vis de Montmorency.
Deux ans plus tard, en 1634, nous avons quelques gravures qui figurent la réconciliation du roi et de son frère.


Louis XIII et Gaston d’Orléans (c) BNF

Quelles sont les caractéristiques du mécénat de Gaston d’Orléans ?
Pierre Gatulle : Tout d’abord, il s’agit de faire éclater son rang de Fils de France et d’héritier du trône. Puis, l’oeuvre doit insister sur son positionnement face à Richelieu. Lors du siège de l’ile de Ré et de La Rochelle, l’imagerie royale ne glorifie que Louis XIII et Richelieu. Gaston est indigné et répand des images qui ne montrent pas Richelieu. Et il y a enfin ce qui renvoie à l’idéal de l’honnête homme. Peut-être avait-il d’ailleurs l’ambition de fonder une académie scientifique. Il y a des correspondances avec Helvétius.

Questions de la salle :

Q1 : Est-ce que la révolte de 1632 n’est pas une préfiguration de la Fronde ?
Gaston est favorable à une monarchie tempérée, contre les excès de Richelieu. Lieutenant-général du Royaume à partir de 1643, Gaston d’Orléans a été proche d’Anne d’Autriche et de Richelieu . Il était alors un atout précieux pour la Régente car il savait discuter avec les corps constitués, c’était un prince français, avec des idées sociales. Finalement, il s’est fâché avec Mazarin. Or Louis XIV, par ses compromis avec les Parlements, s’est montré plus conciliant que Louis XIII et Richelieu ; d’une certaine façon, il a appliqué le programme de la Fronde.

Q2 : Lorsque les nobles se révoltent, veulent-ils substituer le pouvoir des nobles au pouvoir des rois ou souhaitent-ils la monarchie tempérée ?
Dans toute démarche, il y a deux raisons à rechercher : la bonne …et la vraie ! La monarchie tempérée a pu servir d’alibi.

Q3 : Quelles étaient les relations personnelles entre Louis XIII et Gaston d’Orléans ?
On manque de sources. Nous n’avons pas de lettres par exemple. Lors de la révolte Cinq-Mars, Louis XIII et Gaston ont eu des entretiens secrets juste avant. Il y a une part de mystère autour de cette affaire. Par ailleurs, les relations avec Anne d’Autriche, qui aimait beaucoup Gaston, ont interfèré. Les sentiments ont été partagés.

Q4 : Vous présentez Gaston d’Orléans de manière très positive. Or, dans ce château, lors d’une édition précédente des Rendez-vous de l’histoire, un conférencier s’était exclamé : « heureusement que ce prince n’est jamais devenu roi ! »
Plus nous avons avancé dans nos recherches et plus nous avons trouvé de similitudes entre Gaston d’Orléans et son père Henri IV. Si d’aventure Gaston avait régné, notre jugement rétrospectif en aurait certainement été grandement modifié. Henri IV a laissé plutôt de bons souvenirs.

Q5 : Et la Grande Mademoiselle ?
Gaston ne voulait pas s’engager militairement pendant la Fronde. Il était lieutenant général, il avait une stature… Sa fille était beaucoup plus engagée et, il faut le dire, Gaston ne l’a pas empêchée. Les relations entre le père et la fille étaient conflictuelles. Précisons toutefois que, malgré ce qu’elle a pu en dire, cette princesse n’a pas joué un rôle essentiel. D’ailleurs, lors de la prise de Paris, elle a été choquée par les effusions de sang. La guerre a été comme un jeu pour elle.

À propos de l'auteur

Déborah Caquet

Professeur agrégée au Lycée de la Vallée de Chevreuse (Gif-sur-Yvette, 91). Intervenante régulière dans le Supérieur (chargé de TD en L3 Géopolitique, jurys de concours, etc.) Présidente des Clionautes.  

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.