La Science peut elle sauver l’environnement ?
Vous êtes ici : Clio-Conférences Comptes Rendus Blois 2017

20è édition des Rendez vous de l’histoire Du 4 au 8 octobre 2017

La Science peut elle sauver l’environnement ?

Table Ronde. Vendredi 6/10. Ecole du Paysage.

Marc de velder
mardi 10 octobre 2017

Les 3 intervenants : un spécialiste de l’URSS, Laurent Coumel ; un proche de José Bové du Muséum d’Histoire Naturelle, Pierre Henri Gouyon, très engagé et très vivant (photo ci-dessous) et un chercheur du CNRS sur les pollutions industrielles en Angleterre, Charles-François Mathis.

Introduction :
A l’époque des lumières Jean Jacques Rousseau et Bernardin de Saint Pierre ont une vision positive de la nature, qui est "bonne".
Mais Buffon (1707-1788) voit la science en lutte contre la nature, il oppose "la nature brute et hideuse à la nature cultivée par le fer et le feu". Dans une vision hygiénique de lutte contre le choléra, en 1770, des scientifiques défendent la diffusion d’acide chlorhydrique pour "lutter contre les miasmes". La législation défend l’industrie et la science soutient le progrès de 1789 à 1848. L’industrie chimique de la soude grille le paysage à Liverpool et les gaz acides doivent purifier l’atmosphère.

1/ de 1938 à 1945.

La science défend l’eugénisme et aucun scientifique n’aura de procès après 1945. On stérilise 65.000 pauvres aux Etats-Unis. Pour certains scientifiques Hitler est un espoir pour la génétique humaine, car il va "purifier" les races, éliminer les races inférieures juives, tziganes et slaves ; et euthanasier les handicapés physiques et mentaux. Le Docteur Josef Mengele achève de discréditer la science nazie.

2/ de 1948 à 1954 en U.R.S.S.

En 1948, des affiches de propagande soviétiques vantent le Plan Stalinien de transformation de la nature et proclament : "la sécheresse aussi nous la vaincrons !" Le généticien Trofim Denissovitch Lyssenko dans une pseudo-science asservie à l’idéologie marxiste-léniniste voudrait révolutionner la science génétique. Mais en réalité, c’est purement et simplement un charlatan.
En 1954, après la mort de Staline (5/03/1953) un courant conservationniste remet en cause le Plan de transformation de la Nature.

3/ Les années 70 en Occident et en U.R.S.S.
En juillet 1971 le projet gigantesque de détourner les fleuves sibériens voit le jour, il ne sera abandonné qu’en 1986, année de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine Soviétique. En 1974, l’agronome René Dumont est le premier candidat aux présidentielles écologiste en France.

4/ Et en 2017 ?
Un lobby , l’AFIS, Association française pour l’information scientifique fait systématiquement des anti-nucléaires et des anti-OGM des charlatans ! Le progrès scientifique est toujours une religion et toute personne qui la critique est excommunié. Par exemple, le riz doré, riz OGM qui produit de la vitamine A, mais à la productivité très faible et dont personne ne veut en Asie Orientale est défendu par 107 prix Nobel, qui tous stigmatisent Greenpeace dans un combat scientifique totalement inefficace !

Conclusion :
L’indépendance des chercheurs est de plus en plus menacé. La science est au service des entreprises et accélère la pollution et enfin, elle ne sauvera ni l’environnement, ni la biodiversité. C’est un constat pessimiste mais lucide, qui doit faire réagir la jeunesse et les citoyens en Europe mais aussi dans les Suds.

Par Marc de velder

Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par