Antisémitisme et politique antijuive sous Vichy
Vous êtes ici : Clio-Conférences

Laurent Joly, directeur de recherche au CNRS, CRH-EHESS, Paris.

Antisémitisme et politique antijuive sous Vichy

Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy

Laure Müller
samedi 25 mars 2017

Journée d’étude sur l’antisémitisme d’hier à aujourd’hui : comprendre,comparer, combattre
Retour sur une époque antisémite : de l’affaire Dreyfus à Vichy

Antisémitisme et politique anti-juive sous Vichy

Vichy n’a pas utilisé de caricatures.
Le mouvement antisémite en France s’est atténué au début du XXème siècle ( Union Sacrée par ex ) ; Il resurgit en 1933 mais est plutôt marginalisé ;

- Ier temps : l’arrivée du Front Populaire en 1936. L Blum, est alors vilipendé par des leaders d’opinion comme X Vallat, H Béraud dans le Gringoire, L-F Céline dans Bagatelle pour un massacre en 1937…

- 1938 et les accords de Munich sont un deuxième temps. La France est dans la crainte d’une guerre contre l’Allemagne voulue par le milieu juif. Des incidents antisémites éclatent réclamant l’idée d’un statut pour les Juifs les excluant des fonctions politiques et sociales ( enseignant par ex ). Il en résulte un décret-loi contre cette campagne antisémite. Ainsi Louis Darquier de Pellepoix est condamné pour ses propos « la solution du problème juif ? l’expulsion ou un massacre » in La France enchaînée en 1937.

- En Europe, beaucoup d’États ont déjà un statut des Juifs, c’est une dynamique à laquelle la France n’échappe pas en 1940. Curieusement, la composition du gvt de Vichy est bigarrée faite d’opportunistes et où l’extrême-droite est marginale.
Rapidement, une loi s’en prend aux Juifs venus de l’étranger ( surtout d’All ) ; 40000 d’entre eux sont internés dans des camps.

Puis une politique d’identification et de spoliation est mise en place. Un commissariat aux questions juives est crée en 1941 (Xavier Vallat puis Pellepoix ).Le lien entre les ordonnances allemandes et française convergent avec pour la France l’intérêt de préserver l’idée de souveraineté. Cela conduit à des opérations contre les Juifs apatrides ( polonais … ) internés à Pithiviers.

- Dans la France occupée : Des rafles mixtes ( Allemandes et Françaises ) ont lieu dans le XIème arrondissement de Paris contre des Juifs français en 1941, le distinction entre juifs étrangers et français n’existe plus. Un nouvel recensement concerne tous les Juifs, prélude à un calendrier génocidaire à partir de 1942.

René Bousquet pour répondre à la demande de Heydrich de livrer 40000 Juifs, donne l’ordre à la police française de s’en prendre aux juifs arrivés et naturalisés en France depuis 1936 soit 13000 personnes.
Une seule photo illustre ce fait. La presse n’a rien dit .

- Dans la France de Vichy, l’Allemagne négocie avec le gouvernement de l’État Français pour s’en prendre aux Juifs naturalisés mais la réponse est négative en raison du contexte ( 1943 ).On entre alors dans une phase de traque sans discernement dans la partie occupée ; en 1944, 18000 Juifs sont ainsi déportées.

Au final, selon les dernières estimations de Serge Klarsfeld, 74150 Juifs vivant en France sont déportés.

Documents

  • OpenDocument Text 340.9 ko

Par Laure Müller

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par