La crise israélo-palestinienne et ses répercussions sur les villes françaises
Vous êtes ici : Clio-Conférences Comptes Rendus Festival de Géopolitique de Grenoble 2017

Antoine SPIRE, vice-président de la LICRA.

La crise israélo-palestinienne et ses répercussions sur les villes françaises

Grenoble École de Mangement - Festival de géopolitique 2017

Bruno Modica, Marc de velder
lundi 13 mars 2017

Introduction : Dans un auditorium du GEM très rempli Mr Spire se lance dans un exposé qui sera critiqué et qui aborde surtout la crise israêlo-palestienne et très peu les villes françaises.
Première remarque du conférencier : c’est un sujet passionnel et polémique, qui est déformé par l’ignorance de ceux qui s’en emparent. Il faut donc poser des faits incontestés.

I/ Des faits incontestés.

Le 29/11 1947 l’ONU décide un plan de partage de la Palestine.
Le 14/05 1948 c’est la naissance de l’Etat d’Israêl et le lendemain la première guerre israêlo-arabe.
Israël s’empare alors de 81% du territoire au lieu des 55% prévus dans le plan de l’ONU.
La Naqba ou catastrophe en arabe a lieu pour les Palestiniens. 400 villages sont vidés et il y a 700.000 réfugiés palestiniens. Dans le « partage du butin » des citoyens israêliens s’emparent de 45.000 maisons, de 7.000 boutiques et de 500 ateliers.
De 1949 à 1982, il y a 5 guerres entre israëliens et arabes ; et 2 paix signées, avec l’Egypte en 1978/1979 et sous Bill Clinton de 1993 à 1995 entre Arafat et Rabin.

Les Palestiniens revendiquent le droit au retour, ce qui est jugé inacceptable par les juifs, pour des raisons politiques et démographiques. Israël est il un Etat comme les autres ??

II/ Qu’est ce que le sionisme ?

Ce mouvement national juif créé en 1896 par Théodore Herzl et son livre l’Etat juif, va utiliser la déclaration Balfour de 1917 sur le « foyer national juif » pour avancer vers un Etat juif.
En 39/45, le grand mufti de Jérusalem, palestinien , s’allie à Hitler.
En 1975, sous la pression des pays arabes une résolution de l’ONU identifie sionisme et racisme.
Cette résolution sera abrogée en 1991 dans un contexte de fin de guerre froide et de début du processus de paix en Palestine. Ibrahim Souss, représentant de l’OLP à Madrid déclarera que le sionisme n’est pas un racisme.
Pour moi, le sionisme est le droit à l’existence de l’Etat d’Israël, et dans ce sens je suis sioniste.
En Seine Saint Denis, le sioniste c’est le « méchant juif », le « juif plus que juif »...

Enfin la Shoah est le catalyseur de la naissance d’Israël et non sa cause, car 50.000 juifs avaient déjà fuit l’Allemagne pour Israël de 1933 à 1939, avant donc la Shoah.

III Israël n’est pas un ÉTAT COLONIAL !

D’abord, parce que les Juifs n’ont pas d’autre État où se réfugier, alors que les Pieds Noirs ont pu être rapatriés en France, ou les colons anglais au Royaume Uni.
D’autre part, la Jordanie a aussi écrasé les Palestiniens lors de Septembre Noir en 1970. Les Arabes ne sont donc pas toujours solidaires des Palestiniens, ce qu’ignorent les jeunes musulmans des banlieues.
Enfin on ne peut le comparer avec l’Afrique du Sud et l’apartheid, car si il y a des mesures ségrégatives et des discriminations envers les Palestiniens, il n’y a pas d’idéologie raciste.
La Palestine ne peut être comparée à des « Bantoustans Palestiniens ».
Si on peut comprendre, sans l’approuver un boycott des produits juifs, je suis contre un boycott des échanges culturel ou sportifs, car échange est synonyme de compréhension et de dialogue.

Conclusion :
Seul le savoir peut combattre l’ignorance des jeunes de banlieue sur ce sujet brûlant.
Remarque et Questions : Dans les questions posées par l’assistance, il y a un regret que ni Sabra et Chatila, ni les deux Intifadas n’ont été abordées par le conférencier. Une jeune étudiante s’insurgeant contre le point de vue partial de Mr Spire où les Palestiniens sont des terroristes et les israëliens sont des victimes. Ce sujet est difficile et on ne peut que regretter l’absence du journaliste de Marianne Mohamed Sifaoui qui aurait pu apporter un autre regard. Enfin le sujet de l’importation passionnelle de cette guerre dans les villes françaises n’a été qu’à peine effleuré !

Par Bruno Modica, Marc de velder

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par