Le pouvoir économique des villes
Vous êtes ici : Clio-Conférences Comptes Rendus Festival de Géopolitique de Grenoble 2017

Guillaume Chabot et Stéphane Coudé / HEC Montréal

Le pouvoir économique des villes

Grenoble - École de management - Vendredi 10 mars / salle A 304

Christiane Peyronnard
mardi 14 mars 2017

Cette conférence à deux voix a pour objectif de permettre à un jeune chercheur de présenter ses travaux

L’introduction méthodologique met l’accent les concepts (pouvoir d’achat des villes, dépenses courantes, capex-dépenses d’investissement), villes centralisées / décentralisées, les méthodes statistiques utilisées et le croisement d’études de cas multiples. Une approche qui souhaite s’intéresser à la position des acteurs et utilise des données quantitatives et qualitatives

Trois hypothèses pour cette recherche :
1. La décentralisation a un effet positif sur la croissance économique du pays
2. La décentralisation s’accompagne d’un risque accru de corruption
3. La décentralisation est positive pour le niveau de vie des urbains

carte du monde

1. Les dépenses courantes d’une ville sont peu significatives sur la croissance économique, les dépenses d’investissements dans des villes décentralisées aurait un effet plutôt négatif sur la croissance.

Pourquoi ? Multiplication des niveaux de décision ? Risque de métropolisation aux dépens de certains territoires ? En situation économique dégradée les Etats soutiennent-ils plus les investissements ? Que se passerait-il si les Etats n’intervenaient pas ? Dans les états fortement décentralisés on note une forte présence du soutien à l’innovation.
Il est donc important pour les communes de porter attention aux investissements utiles à l’économie.
Intérêt pour les entreprises d’avoir des relations avec les états surtout si la situation économique est difficile (moins rentable mais plus sûr, plus de soutien à l’exportation).

2. Plus de décentralisation semble favoriser la corruption, il y a donc nécessité pour les communes de se doter de mécanismes de contrôle et de régulation.
En fait plus de décentralisation c’est souvent plus de transparence des marchés publics et donc plus de chance de percevoir la corruption qui est aussi un risque pour les entreprises.

3. La décentralisation, d’après les enquêtes menées semble être synonyme de meilleure qualité de vie mais les données n’existent pas pour toutes les villes étudiées.
Plus de décentralisation, c’est plus d’investissements dans l’environnement de vie des habitants (parcs, transports en commun), pensés dans le plus long terme avec une plus grande participation citoyenne et donc une meilleure réponse aux besoins des habitants.

En conclusion les deux conférenciers évoquent lesl imites de leur recherche (données annuelles, indice de perception, indice de qualité de vie mal définis et controversés.

Ils soulignent un paradoxe : la décentralisation freine la croissance mais améliore la qualité de vie.

En réponse à notre collègue Déborah, ils proposent comme exemple intéressant : Shanghaï ou Amsterdam.

Par Christiane Peyronnard

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par