L’instrumentalisation de l’histoire : c’est à Béziers !
Vous êtes ici : Clio-Edito

Prof d’histoire en ce moment, c’est pas un cadeau !

L’instrumentalisation de l’histoire : c’est à Béziers !

Bruno Modica
dimanche 27 novembre 2016

Faut-il y voir une certaine frustration, mais depuis quelques temps, le locataire de l’hôtel de ville de la cité de Pierre-Paul Riquet ne s’était pas fait remarquer par une incongruité à propos de l’histoire.
Il faut reconnaître que dans ce domaine, il avait affaire à forte partie, avec le « quand on vit en France, nos ancêtres sont des gaulois », prononcé par un éliminé du premier tour de la primaire de la droite et du centre.
lexpress.fr Les propos controversés de Nicolas Sarkozy sur les ancêtres gaulois
Au moment où j’écris ces lignes, un candidat du second tour de cette même primaire, s’est lui aussi distingué par quelques approximations, pour ne pas dire de contrevérités, sur les programmes réellement enseignés dans le système scolaire. Et pour faire bonne mesure, à la porte de Versailles, le candidat susnommé avait fait de Gavroche un personnage historique.
 [1]
Cela nous a obligés, à intervenir dans le débat public, dans le précédent éditorial des Clionautes,
NON !
ainsi que dans une tribune, publiée par le journal l’Express. lexpress.fr Il faut cesser d’instrumentaliser l’histoire

Nous avions alors réagi de façon modérée, précise et détaillée, sans intervenir dans un débat de ce type de façon partisane ni outrancière. [2]

Mais en matière d’outrance, il semble difficile de trouver mieux, ailleurs que la ville natale de Jean Moulin, lui aussi instrumentalisé sans vergogne.
« M. le Maire ! Cessez de torturer la mémoire de Jean Moulin ! »

Dans le dernier numéro du journal de la ville, on trouve ainsi une annonce de parution d’un ouvrage sans doute documenté, mais qui est déjà assez controversé avec un chapeau introductif qui n’a rien à voir avec le sujet. (Voir l’illustration de cet article).
Michel de Jaeghere et sa drôle de fin de l’Empire romain d’Occident
Pour être tout à fait complet, il convient de citer également l’article promotionnel publié dans le Figaro Vox.
Ce que nous enseigne la chute de l’Empire romain

Comme les services de communication de la Mairie de Béziers ne sont plus à une approximation près, ils s’emparent de la parution de cet ouvrage pour torturer l’histoire de fa fin de l’Empire romain d’occident en 476 pour justifier la campagne de communication menée à propos de l’arrivée de demandeurs d’asile dans la ville.
Incitation à la haine
Utiliser un fait historique vieux de 1540 ans pour distiller une idéologie, en faisant une analogie, c’est très exactement et littéralement, se servir de l’histoire, bref, l’instrumentaliser.

L’iconographie est assez parlante même si les services de communication ont dû regretter que les barbares, - germaniques faut-il le préciser ? - ne soient pas plus basanés... Ces barbares, les troupes d’Odoacre, soldat romain révolté, qui s’emparent de Rome et déposent l’Empereur Romulus Augustule avant de décapiter des statues de marbre, feraient « meilleur effet » si elles étaient revêtues d’un sweat shirt à capuche comme dans l’affiche municipale déjà citée. Incitation à la haine

Encore une fois, faut-il encore le préciser, il n’est pas question de s’engager dans une polémique partisane. Le débat démocratique existe, il oppose des partis, des courants d’idées, et c’est fort bien ainsi. Mais que l’on cesse de brandir l’étendard d’une histoire fondée sur des mythes et sur des fantasmes, et que l’on laisse les chercheurs en histoire, ceux qui l’enseignent, faire leur métier. L’indépendance de la recherche, la liberté pédagogiques sont aussi, parmi d’autres, des valeurs démocratiques.

Quelques références historiques : Rome et les Barbares : du bon usage de l’immigration
par Monique Veaute

Et pour le tableau pris en otage par les services de communication du locataire de l’hôtel de ville il s’agit du sac de Rome en 410, et il s’agissait d’Alaric et pas d’Odoacre en 476.

Le sac de Rome par les barbares en 410, peint par Joseph-Noël Sylvestre en 1890

JPEG - 82.1 ko

Par Bruno Modica

[1Est-ce pour leur prudence que nous admirons Jeanne d’Arc, Gavroche, Bonaparte, Clemenceau, de Gaulle ? François Fillon Porte de Versailles le 25 novembre

[2Était-il pertinent de parler de pays totalitaire à propos d’une histoire officielle dans ce débat ? Peut-on prétendre représenter notre profession de façon aussi légère ?

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par