BLOIS 2016-Les Diasporas
Vous êtes ici : Clio-Conférences Comptes Rendus Blois 2016

Natalia Muchnik - Anne-Christine Trémon - Francesca Trivellato - Stephane Dufoix -

BLOIS 2016-Les Diasporas

Samedi 8 octobre - Table ronde - Amphi 2, Université Rabelais - 16h30 - Le modérateur - Guillaume Calafat,

Annie De Nicola
lundi 24 octobre 2016

Une table ronde proposée autour du thème des diasporas, sur le sens à donner à ce mot pluriel et polysémique et sur l’état des recherches en cours dans les différents objets d’étude en sociologie, en anthropologie et en histoire. Quatre intervenants proposent d’abord un inventaire de ce vocable en rapport avec leur discipline pour faire émerger ensemble de l’importance de l’enjeu dans la définition même de la diaspora puis pour exposer ensuite chacun l’exemplarité d’une diaspora, objet de leurs recherches .
Les quatre intervenants et le modérateur :

Natalia Muchnik, Maitre de conférences à l’EHESS-Ecole des hautes études en sciences sociales, Centre de Recherches Historiques
Anne-Christine Trémon, Enseignante-chercheur à l’Université de Lausanne, Institut des sciences sociales, Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale
Francesca Trivellato, Professeur d’histoire économique et sociale de la Méditerranée moderne de l’Université de Yale
Stephane Dufoix, Maître de conférences en sociologie à l’Université de Paris X Nanterre, GEODE
Guillaume Calafat, le modérateur, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC, et traducteur du dernier ouvrage de Francesca Trivellato, Corail contre diamants. De la Méditerranée à l’océan Indien au XVIIIe siècle

« Faire l’histoire d’un mot, ce n’est jamais perdre sa peine. » (Lucien Febvre)

A quoi sert-il de faire l’histoire d’un mot ?

Interroge Stéphane Dufoix, premier intervenant à prendre la parole. « Dans son voyage à travers tous les âges, diaspora, semble se perdre dans les méandres de ses significations. Cette pandémie rongeuse, source de nombreux conflits au sein de la communauté scientifique, est alors le cheval de bataille de Stéphane Dufoix » rapporte Caroline CAPLAN, doctorante à l’université de Montpellier dans une note de lecture pour la Revue Européenne des Migrations Internationales. Ce sociologue de l’Université Paris X Nanterre pose d’abord ce postulat, l’enjeu essentiel est la définition en tant que telle que l’on accole au mot diaspora. Il propose de commencer par une rapide historicité du mot "diaspora" et de mettre en évidence ensuite son ambiguïté théorique et de suggérer la mise en place de plusieurs concepts complétifs. [1]
Le terme de diaspora apparaît pour la première fois dans le texte de la Bible des Septante, de l’Ancien Testament, traduit en grec de la Bible hébraïque au IIIe siècle avant J.C. Le vocable porte une connotation religieuse et non la désignation de la dispersion d’un groupe, le sens pris plus tardivement. Le conférencier rappelle l’étymologie grecque, "diaspora" viendrait du verbe grec -diaspeirô- dont l’usage est attesté depuis le Ve siècle av.J.C. Ce mot ne comporte aucune connotation négative, il ne ferait donc pas référence à l’origine d’une dispersion réelle, ne correspondrait pas à l’exil des juifs à Babylone mais il désignerait plutôt un châtiment, à la punition divine qui attendrait les hébreux s’ils n’obéissaient pas à leur Dieu. Ce ne serait qu’après la destruction Second temple de Jérusalem que les juifs utiliseraient le terme de « diaspora » en tant que dispersion historique.
Le terme est ensuite associé à une connotation religieuse pour désigner la dispersion des juifs et des chrétiens, des communautés religieuses persécutées. Jusqu’au début du XXe siècle, l’usage du terme se transforme avec l’apport des sciences humaines avec la sécularisation des sociétés occidentales, avec la banalisation, le déplacement de populations aux causes diverses et la "formalisation", définie par Stephane Dufoix avec la mise en place de critères différents et d’une typologie de diasporas aussi disparates que complexes.
Au terme de cette introduction Stephane Dufoix rappelle la véritable inflation de sens du terme, des années 1970 jusqu’au au cours des années 1990. [2]
C’est avec les sciences sociales que le mot est devenu polysémique et polémique tant il désigne à la fois un phénomène de dispersion, une organisation ethnique, nationale ou religieuse, une population dispersée sur plusieurs territoires, les lieux de la dispersion, des espaces d’échanges. Avec l’époque contemporaine, l’usage du mot augmente et il tend à s’appliquer à des groupes toujours plus nombreux et plus divers. Le mot fait partie du langage courant, employé désormais dans le milieu politique ou dans les médias. La multiplicité des usages et des significations qui lui sont associées conduit Stephane Dufoix à considérer le terme aujourd’hui plus nuisible qu’utile et qu’il faut réhabiliter cette dynamique qu’est la diaspora. Autant de différents sens actuels recouverts par ce terme qui renvoie à la problématique de départ proposé par le modérateur, Guillaume Calafat : Quelles diasporas pour quels enjeux ?

C’est au tour de Francesca Trivellato, Professeur d’histoire économique et sociale de la Méditerranée moderne de l’Université de Yale, de prendre la parole pour appuyer la thèse de Stéphane Dufoix sur la vulgarisation récente du mot « diaspora » et pour montrer la charge positive dans la connotation des diasporas au cours de années 1990. Pour cette historienne également, le terme a des résonnances politiques et les grands organismes mondiaux l’utilisèrent positivement pour aider ces diasporas. Mais le concept de globalisation émergeant à la fin des années 1990, intègre la nouvelle notion de diaspora de façon négative en rapport avec l’Etat-Nation, symbolisant la norme absolue des communautés politiques. Puis elle rappelle que les grands organismes régulateurs mondiaux comme la Banque Mondiale, surtout le Haut Commissariat des Réfugiés en autres, revoient leurs positions face aux diasporas de plus en plus nombreuses, définies ici comme des groupes déplacés. En effet depuis la fin des années 1990, ces grandes institutions internationales demandent aux Etats souverains de prendre conscience de la gestion de la question des diasporas et de prendre en charge leurs propres ressortissants à l’étranger.

Etiologie des diasporas : des enjeux multiples

Natalia Muchnik, maître de conférences à l’EHEES, spécialiste des diasporas à l’époque moderne, présente un exemple des enjeux identitaires et communautaires qui ont motivés l’écriture de l’ouvrage « Des paroles et de gestes. Constructions marranes en terre d’inquisition ». [3] A travers le cas des marranes dans l’Espagne des XVIe-XVIIIe siècles, des descendants de juifs convertis au christianisme au XVe siècle, l’historienne montre que l’individu développe une identité de groupe soudée par une mémoire et des pratiques partagées, une diaspora à l’intérieur de son propre territoire, en Espagne des Rois catholiques. Elle a montré dans son travail de recherche que les marranes, des descendants de juifs convertis au XVe siècle, accusés par l’Inquisition de pratiquer en secret le judaïsme, ont développé une identité de groupe.
Les marranes n’évoquaient pas le terme de diaspora mais ils se percevaient en tant que groupe. En ce sens les diasporas de l’époque moderne sont différentes des diasporas de l’époque contemporaines qui ont pour objectif de ne pas couper les liens avec leur pays d’origine ou bien de créer un Etat. Pour terminer son propos Natalia Muchnik insiste sur le fait que les marranes disposent de plusieurs identités potentielles qu’ils alternent selon les situations. Plutôt qu’un déchirement entre deux religions, les marranes témoignent de l’impossibilité de dissocier les différentes cultures et identités, d’une pluralité et du caractère illusoire d’une identité homogène. Ces propos offrent une telle résonnance aujourd’hui qu’ils ont été fortement applaudis. Pour Natalia Muchnik le travail de croisement sur les différentes diasporas reste un outil encore peu utilisé pour analyser les diasporas d’hier à aujourd’hui. On peut retrouver cet échange plus détaillé dans un entretien accordé à Canal-U dans le cadre de EHESS.

Francesca Trivalleto met l’accent à son tour sur d’autres enjeux, sur le type de relations nouées entres les différentes diasporas, entre les marchands négociants italiens, de Livourne principalement, ceux du Portugal et de l’Inde, dans des rapports d’échanges socio économiques à l’époque moderne. Elle s’appuie sur son dernier ouvrage, devenu une référence pour tous les historiens modernistes, « Corail contre diamants. De la Méditerranée à l’océan Indien au XVIIIe siècle ». [4]] Cette historienne américaine de l’Université de Yale, a consulté les archives maritimes de Livourne, un port de Toscane très actif à l’époque moderne jusqu’au début du XXe siècle, pour étudier la redistribution de la pêche du corail en mer Méditerranée entre les différents réseaux concernés, un vaste réseau d’échanges reliant le port toscan de Livourne, à Goa d’où sont exportés des diamants bruts provenant du monde indien. Ce commerce interculturel actif et lucratif à grande distance est animé par la communauté des marchands juifs à Londres, à Amsterdam, mais aussi de Livourne, capitale méconnue nous rappelle l’historienne de la diaspora sépharade.
Dans ce port de Livourne à l’activité commerciale maritime dynamique plusieurs dizaines de "nations" au sens médiéval du terme, de groupes d’origine étrangère, se côtoyaient comme des marchands anglais, flamands, grecs, arméniens, arabes etc., aux confessions religieuses diverses comme des chrétiens, des juifs, des musulmans en autres. Elle explique cette promiscuité à Livourne par la présence d’un décret de tolérance religieuse avec une protection spécifique à l’égard des marchands juifs. L’historienne se posa alors la question comment avec de telles origines et aux confessions religieuses différentes, en particulier avec la présence de marchands juifs et non-juifs, comment ces marchands de corail ont-ils pu nouer des relations commerciales, développer des réseaux de commerçants entre les différents espaces maritimes, de la Méditerranée, de l’Atlantique à l’Océan indien et ceci dans un rapport de confiance en sachant qu’il n’y avait pas de règles codifiées et instituées dans le cadre du grand commerce maritime international à l’époque ? D’où la problématique de Francesca Trivellato comment et sur quoi des Juifs sépharades de Livourne, des Hindous de Goa, membres de la caste des Saraswat, des Italiens catholiques de Lisbonne ont-ils pu s’entendre ? L’historienne montre à la suite de ses recherches que la perception des diasporas vivant dans un monde clos à l’époque moderne est réductrice, c’est plutôt l’inverse, un monde fonctionnant davantage en réseau et ouvert à d’autres communautés qui prévalait.

Anne-Christine Trémon termine ce tour de table sur la présentation d’un autre exemple de diaspora, celui des descendants migrants chinois dans les îles polynésiennes qui a fait l’objet d’une thèse en anthropologie présentée en 2005 et intitulée « Les Chinois en Polynésie française. Configuration d’un champ des identifications. ». [5]
Actuellement cette chercheuse de l’Université de Lausanne, conduit des recherches en Chine portant sur la relation entre les villages d’émigration et leur diaspora dans le contexte des transformations chinoises. Agrégée d’histoire et anthropologue, Anne-Christine Trémon présente avec clarté la prise de conscience et l’acceptation par les chinois de l’existence ancienne de la diaspora chinoise. C’est en 1991, à l’Université de Berkeley, que le mot « diaspora » est apparu en chinois, un vocable utilisé que par les intellectuels américano-chinois car le terme était réfuté par les autorités chinoises de l’époque. Puis au moment de la création des ZES (des zones économiques spéciales) sur le delta de la rivière des perles, un espace de libre échange ouvert aux capitaux étrangers et aux entreprises étrangères et aussi pour attirer les capitaux de la diaspora chinoise, qu’une première conférence a été consacrée à la diaspora chinoise à la demande des autorités chinoises. En 2001, est publié « L’Encyclopédie de la diaspora chinoise » sous la direction de Lynn Pan, d’origine chinoise, de Shanghai, qui clôt le chapitre de la non-reconnaissance du phénomène. Aujourd’hui on compte plus de 30 millions de migrants chinois. La conférencière revient ensuite sur l’étude de la diaspora chinoise dans les îles polynésiennes françaises pour expliquer l’importance de cette migration qui remonte du côté français depuis le XVIIIe siècle et du poids de cet héritage parmi les ascendants polynésiens qui rejetaient un temps leurs origines, aujourd’hui davantage revendiquées. C’est cette transition de la reconnaissance sur laquelle souhaite intervenir l’anthropologue.
Elle précise les contours géographiques concernés par son étude, objet de sa thèse, il s’agit des descendants des migrants chinois vivant au Nord de l’archipel, où se trouve le chef-lieu Tahiti, les îles de la Société accueillent le plus de chinois (en particulier des Hakka),au Sud-Est, dans îles Marquises, au Sud, dans l’Île Australe des Tubuai, au centre, aux Tuamotu. Puis elle rappelle que les chinois de Polynésie française ont peu à peu perdu leur caractère de diaspora et au bout de la quatrième génération, apparaissent des identités soit locale, soit métissée, puis entre elles une nouvelle identité « maori », issue d’une identification choisie dans un contexte de concurrence des idéologies chinoise et polynésienne. [6]

La conférence se finit sur l’idée communément partagée que les diasporas ne sont pas des autochtonies, ni des communautés fermées mais des groupes de personnes qui revendiquent la mémoire de leur passé tout en se fondant dans les sociétés nouvelles d’appartenance pour les migrants issus des récentes diasporas et pour les descendants de migrants depuis plusieurs générations les diasporas revendiquées sont le signe d’une reconnaissance de leur métissage plus culturel que identitaire. Tous les participants furent fortement applaudis tant pour la densité que pour la qualité de leurs interventions à la fois scientifique et pédagogique.

Par Annie De Nicola

[1Sous la direction de Marie-Claude BLANC-CHALÉARD, Stéphane DUFOIX et Patrick WEIL, L’Étranger en questions, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2005, 529 p.+ Stéphane DUFOIX, De « diaspora » à « diasporas ». La dynamique d’un nom propre, GEODE, Université de Paris X Nanterre, p.431-458

[2Stéphane DUFOIX, Les diasporas, PUF, 2003, n°3683,127 pages

[3Natalia MUCHNIK, De paroles et de gestes, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « En temps et lieux », 50, 2014, 288 p.

[4Francesca TRIVELLATO, Corail contre diamants. De la Méditerranée à l’océan Indien au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2016, 564 p. (« L’Univers Historique » ). [Trad. par Guillaume CALAFAT], Préface de Romain Bertrand

[5Anne-Christine TRÉMON, « Les Chinois en Polynésie française. Immigration, métissage et multiethnicité. » Éditions de la Société d’ethnologie, Nanterre, 2010, 425 p.

[6Benoît VULLIET,« Chinois en Polynésie française : Migration, métissage, diaspora de Anne-Christine Trémon », Le Journal de la Société de océanistes, 133, 2011, 431-434 p.

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par