« Résistances ordinaires de quartiers populaires »
Vous êtes ici : Clio-Expos Expositions

Du 27 mai au 7 avril à Paris

« Résistances ordinaires de quartiers populaires »

3 quai Panhard et Levassor, 13ème arrondissement)

Jacques Galhardo
samedi 21 mai 2016

Du 27 mai au 7 avril se tient à Paris (ENSA-Val-de-Seine, 3 quai Panhard et Levassor, 13ème arrondissement) une exposition intitulée « Résistances ordinaires de quartiers populaires ». Des géographes et des sociologues européens ont travaillé sur 4 quartiers définis comme « populaires » et déjà très étudiés depuis une vingtaine d’années : la Mouraria (Lisbonne), la Goutte d’Or (Paris), Heyvaert (Bruxelles) et Volkertviertel (Vienne).

L’ethnophotographe Sylvaine Conord propose 40 photographies accompagnées chacune d’un entretien avec un résident. L’objectif du travail est de répondre à la question : « Les quartiers populaires des grandes villes européennes sont-ils condamnés à être laminés par une gentrification écrasante ? » (cf. appel d’offre sur « la ville ordinaire et la métropolisation - PUCA).

Le parti pris est assez clair : il interroge – 50 ans plus tard – la proposition de Ruth Glass (1964) et Neil Smith (1979) sur le remplacement des populations socio-économiquement défavorisées, par des populations au capital intellectuel et matériel plus important, dans les quartiers urbains centraux. Une interrogation qui fait écho autant à la thèse du géographe Matthieu Giroud (2007) qui évoque la « résistance en habitant », qu’aux objections implacables du sociologue Alain Bourdin (2008) sur le concept de « gentrification ».

Analyse critique

L’affaire est loin d’être simple car si certains usages de l’espace public sont une réelle entrave à la « gentrification » (ce que ne manque pas de montrer l’exposition), en revanche, rien ne dit que ces usages correspondent à des stratégies « d’acteurs dominés » ? Cet effet « résistance » – dans la mesure où nous pouvons penser qu’il pourrait influencer la baisse de l’immobilier – constituerait simultanément un appel aux investisseurs/« gentrifieurs » ? Or ce n’est pas ce qui s’observe. Autre paradoxe, les « gentrifieurs » sont en général porteurs d’un discours « multiculturaliste » et « d’inclusion sociale. C’est le cas pour la plupart des associations apparues dans les 4 quartiers présentés dans l’exposition. Ce que nous observons peut être interprété comme le résultat des revendications des « acteurs dominants ». Sylvie Tissot (2011) a très bien montré, néanmoins, que ce paradoxe conduit parfois la « bourgeoisie progressiste » à manifester contre les usages jugés inciviles des populations les plus modestes : contre-résistance ou résistance paradoxale à la mixité sociale demandée ? En regardant autrement, ces populations et leurs usages du territoire sont aussi des ressources patrimoniale du marketing urbain (d’où sans doute les prix élevés de l’immobilier malgré ces résistances) : ainsi le programme « habiter carioca » à Rio est devenu un bel argument de vente et de la visite (touristes) des favelas. Enfin, comment interpréter la patrimonialisation des résidents de la Mouraria (Galhardo ; 2016) à travers les politiques publiques ?

« L’habiter » étant au cœur de nos programmes en collège mais aussi en lycée, voilà un sujet à bien réfléchir car les manuels datent un peu, et une exposition à ne pas manquer !

Jacques Galhardo
Lycée Descartes – Tours

PS : il ne manquera que le « bruit et les odeurs » si difficile à saisir en sciences sociales, comme forme de la résistance à la gentrification (Lol). Encore que quelques chercheurs, ethnomusicologues, avancent petit à petit sur la question des espaces sonores et des conflits d’usages. Iñigo Sanchez Fuarros (2015) a travaillé sur Barcelone et Lisbonne (précisément le quartier de la Mouraria). Une idée de travail à mener avec les collègues de musique...

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

  • BOURDIN, Alain, 2008 : Gentrification : un « concept » à déconstruire. Espaces et sociétés 2008/1-2, n°132, pp. 23-37.
  • GALHARDO, Jacques, 2016 : L’habitant de la Mouraria, un patrimoine du lieu. Ouvrage collectif à paraître aux éd. PUR, tiré des actes du colloque international organisé à l’ENSA-Val-de-Seine, 11-13 décembre 2014, Revendication et contestations patrimoniales, perspectives européennes.
  • GIROUD, Matthieu, 2007 : Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne), Thèse de géographie, Université de Poitiers, 527 p.
  • GLASS, Ruth (org.), 1964 : « Introduction » in Centre for Urban Studies, London, aspects of change, Londres, Macgibbon&Kee, p.12-41.
  • SANCHEZ IÑIGO FUARROS, 2015 : A tematização sonora do lugar. Intervenções no espaço sonoro e requalificação urbana no bairro da Mouraria (Lisboa), in Cahiers de CoST, n°4, octobre, J. Galhardo (coord.) : La Mouraria à Lisbonne : les usages du patrimoine et de la mémoire dans les quartiers populaires centraux. Université Fr. Rabelais de Tours.
  • SMITH, Neil, 1979 : Toward a Theory of Gentrification A Back to the City Movement by Capital, not People. Journal of the American Planning Association n°45 (4), pp. 538–548.
  • TISSOT, Sylvie, 2011 : De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste. Paris, Raison d’agir, coll. Cours et Travaux, 313 p.

Par Jacques Galhardo

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par