L’Humanisme en classe : filmographie.
Vous êtes ici : L’Infolettre HG-Clionautes La liste Les synthèses Histoire

L’Humanisme en classe : filmographie.

Jean-Pierre Meyniac
vendredi 21 novembre 2003

Voici la synthèse d’une discussion de novembre 2003 sur le thème : "Quels films utiliser en classe pour traiter l’Humanisme ?". Merci à Mickaël Navarro pour avoir lancé la question.

Les films proposés et les commentaires qui accompagnaient les messages sont indiqués en caratère ’normaux’... en italiques des apports technico-filmiques de ma part.

- La reine Margot : Film de de Patrice Chéreau (1994) ou encore de Jean Dréville (1954).
- Elizabeth de Shekhar Kapur (1998) permettant de faire le point sur la situation en Angleterre.

Proposés par Joëlle Alazard.

- Le nom de la rose : c’est chronologiquement un
peu précoce, mais il y a énormément d’éléments à en tirer pour un cours sur l’humanisme et la renaisssance. J’ai à disposition une grille de lecture / analyse du film si vous êtes intéressé [1].

Proposé par B.Laude.

- L’oeuvre au noir de André Delvaux (1988) d’après le roman de Marguerite Yourcenar. Il raconte l’histoire de Zénon, un alchimiste et médecin du XVI° siècle et montre assez bien les contradictions de la période.

Proposé par Florence Giry.

- La controverse de Valladolid (téléfilm). Je l’ai passé l’an dernier à des élèves de seconde et ils ont, contre toute attente, pas mal accroché. J’avais donné un questionnaire à remplir. Si cela vous intéresse je peux
vous l’envoyer. C’est intéressant pour montrer les enjeux éco, la place de l’Eglise et cela pose aussi les bases de l’esclavage et de la colonisation pour le programme de 1ère. Mais c’est certain que cela demande un effort de la part des élèves, ce n’est pas très rythmé.

Proposé par judith rouan.

Complément par Emmanuel Noussis :

(quelques extraits en présence des Indiens sont très appréciés des élèves très sensibles sur la question du "racisme" et ce malgré le côté "lent" de la mise en scène)

- Le Décameron de P.P. Pasolini. Le cinéaste offre une réflexion sur l’Art et l’esthétique à la fin du Trecento. Il joue le rôle de Giotto en train de peindre les fresques dont l’inspiration est la vie quotidienne des habitants de Florence. Ce ne sont là que des prémices de la Renaissance
mais les grands principes sont présents : peinture a fresco, réalisme des personnages et surtout contraste est saisissant avec la peinture sacrée byzantine étudiée à travers l’exemple de Palerme lors du chapitre sur la
Méditerranée au XII. Attention, le reste du film est évidemment assez grivois comme bien sûr les récits de Boccace dont s’inspirent les 8 histoires mises en scène par le grand cinéaste italien qui nous livre ici une étude de moeurs des gens du petit peuple qu’il aimait tant.

Proposé par Emmanuel Noussis.

Par Jean-Pierre Meyniac

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques
  • Caricature à tous les étages !

    Le 5 novembre 2017, par Bruno Modica

    La publication d’un dessin de presse dans un quotidien du soir, en date du 3 novembre dernier, a suscité une vague d’indignation dans la communauté des professeurs d’histoire et ...

  • Procédure disciplinaire engagée à l’encontre des professeurs

    Le 10 septembre 2017

    « Six professeurs du collège Albert Camus de Gaillac (Tarn) ont fait l’objet d’une plainte, déposée par la direction de l’établissement à la gendarmerie pour effraction, intrusion et ...

  • Parlons du bac, enfin !

    Le 22 juin 2017, par Jean-Michel Crosnier

    Les pétitions des élèves sur les épreuves du baccalauréat en histoire-géographie Cette histoire est vraie, c’est l’histoire de l’un d’entre-nous, un jeune prof qui croit en sa ...

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par