L’importance de la connaissance historique pour la connaissance du monde contemporain
Vous êtes ici : Clio-Conférences Comptes Rendus

En direct de Blois, ce 20 octobre à la Halle aux grains

L’importance de la connaissance historique pour la connaissance du monde contemporain

Alain Corbin, Emmanuel Laurentin, Edgar Morin

Bruno Modica
samedi 20 octobre 2007

L’importance de la connaissance historique pour la connaissance du monde contemporain

Alain Corbin, Emmanuel Laurentin, Edgar Morin.

Présents Corbin et Morin

Présentation Laurentin

Morin, historien de formation.
Rappel formé par Georges Lefevbre
Aymard, sur l’antiquité. Morin développe sur les causes de la Révolution française. Important pour Morin. L’écologie de l’action. Celle-ci ne correspond pas toujours au but recherché. Cela peut s’appliquer par exemple à l’intervention US en Irak.

Histoire des histoires de la Révolution. Interprétation du présent à la lumière du passé. Histoires différentes. Mathiez par exemple apologie de la terreur. Soboul a pu magnifier la terreur ou Daniel Guérin réhabilite les enragés. Furet, histoire post soviétique de la Révolution française. Occulter d’autres aspects. L’histoire de Furet n’est pas la dernière.
Lefevre a parlé des paysans.

EL. Appliquer les analyses du passé à l’analyse de la société d’aujourd’hui.
EM Toute action politique comporte une part de pari
EL. Existe-t-il des leçons de l’histoire ? Peut-on gauchir cette évolution ?
EM. Tout ne peut pas se fonder sur des analogies avec le passé. Certes, Napoléon et Hitler ont été vaincus par l’hiver. Mais Hitler se retarde et du coup, Barbarossa a lieu en juin et pas en mai.
Staline avisé par Sorge a pu transférer les sibériens vers l’Ouest. La contre offensive de Joukov,
Ce qui était probable, la domination des nazis sur l’Europe est devenu improbable.
EL : Tous les acteurs de l’histoire concourent à un événement.
EM Après 1941. Hitler a accordé une importance démesurée à Stalingrad. Défendre le sol russe de la Rodina. Patriotisme déterminant dans le comportement des soldats.

EL. S’il n’y pas de leçons de l’histoire, celle-ci ne sert à rien ?

EM. L’histoire est le théâtre de l’anthropologie, elle nous parle de l’humanité dans son ensemble. Les leçons de l’histoire sont essentielles.
Le fait que dans l’H. l’improbable se réalise. Ex. Les guerres médiques. L’improbable se réalise grâce à la flotte athénienne.
Le cours probable des événements tend vers des catastrophes. Mais l’improbable qui se poursuit peut encourager le présent.
EX. La Révolution française commence de façon heureuse mais les choses se gâtent puis se radicalisent. Convention, salut public, terreur

Processus de radicalisation souvent. Les déviations s’accroissent énormément et méritent d’être réfléchies. Ex. La crise de 1929. Effets parallèles en Allemagne et aux EU.
Des processus divergents peuvent aboutir aux mêmes résultats.
Il faut revenir à une histoire qui soit chronologique, interprétée et elle est fondamentale pour l’intelligibilité de ce que nous avons à faire.

EL Alain Corbin.
Ne pas se laisser avoir par les leçons de l’histoire.
L’histoire aide-t-elle à comprendre le présent.
AC Evident. Chaque individu agit en fonction de ses expériences. Cela est valable aussi pour les sociétés humaines. Il y a une nécessité absolue.

Je voudrai à cet égard souligner les dangers de cette logique. Paul Valéry en 1932 dans une conf à Janson de Sailly. Nuance cette affirmation. « Nous entrons dans l’histoire à reculons, et au fond l’usage de l’histoire, il faut nous préparer à la surprise. Retournement complet.
Deuxième réaction. L’histoire cause de cécité.
Elle est indispensable. L’homme est curieux et imagine l’avenir. Deux systèmes d’images. Une représentation de l’avenir. Surestimer l’éventualité de la réitération des menaces. Pendant 50 ans, Brecht, menace du fascisme. Mais menaces inédites. ON aurait pu les repérer plus tôt. Jeu de l’analogie. Jeter l’anathème en décrétant une analogie avec le passé.

EL L’analogie peut empêcher le raisonnement sur le neuf.
AC. Elle peut être retournée dans le mauvais sens. Analogie l’islamisme et le fascisme. Danger de la référence au passé, c’est l’instrumentalisation excessive.
Frappé par la fréquence de l’instrumentalisation pour créer une horreur du nouveau

EL. L’histoire nous aveugle et nous éclaire…

AC. Les deux mais surtout elle nous intéresse.
Pourquoi lit-on des livres d’histoire. ? Attrait pour le ludique. Uchronie. Anecdote. Marier Louis Philippe et Victoria.
EL Développer une histoire basée sur « Et si Hitler avait gagné… »

AC. Les anglo saxons dans la new economic hostory prolongent les courbes comme si la guerre n’avait pas eu lieu.

EM. Idée de reconstruction de l’histoire. Bifurcation que l’on retrouve dans la physique ou la thermo dynamique. Pareil dans l’histoire. Moments spécifiques, mais choisis souvent après coup. L’après coup est intéressant. Il fait prendre conscience du nouveau…
On croit parfois recommencer quelque chose.
Attends toi à l’inattendu… une de mes maximes.
Par exemple. L’écologie inattendue à la fin des années soixante. Sujet mineur à l’époque. Nouveau dans le monde occidental. Aucune rétroaction sur nous. Changer la mentalité. Quelques catastrophes possibles. Conscience diffuse mais qui oblige à remettre en question notre conception de l’homme. L’histoire avance toujours par une déviation, une idée nouvelle, déviante au départ et devient ensuite une force finalement. L’école des annales a lutté au départ contre l’événement, écume de l’histoire.
Exemples multiples. Le présent, étape vers un mieux être et un mieux vivre. Lorsque le futur devient incertain, retour au passé. Le passé doit être intégré dans nos analyses sur le présent.

AC. Représentation de l’avenir des événements du passé. Le cours de l’histoire est inhérent de l’occident. Le retour du Christ matrice de notre réflexion sur le passé. Nous sommes installés dans un temps qui modifie notre appréhension des leçons de l’histoire.
Jeu de l’émergence et du travail régressif. Le XVIII siècle était persuadé qu’il y avait dégénérescence de la nature.
L’instrumentalisation du passé. Bon exemple. 1989, le bicentenaire. Quelles références. Lénine, le Hezbollah, Hitler, se sont un jour référé à la Révolution française.

EL. L’histoire est le grand bazar du passé.

EM. Pendant longtemps, la révolution française a été mise après la révolution russe. Mais en 1989, elle revient. Tout ce que la révolution russe avait chassé est revenu. Pas d’irréversibilité en histoire.
On peut comprendre Poutine avec trois racines. Le tsarisme, le stalinisme et aussi la police politique. Réseau FSB. Il faut tenir compte de la référence de la référence à l’ancien mais lucidité sur le présent.

EL. Intranquillité. Nous vivons sur un sous sol miné.

EM. Etat d’intranquillité ancien des hommes du passé. Les religions ont voulu éliminer les inquiétudes comme la technologie. La condition humaine se tonifie dans l’incertitude. Ce monde est tragique et passionnant. Quelles seront les conséquences du 11 septembre. Nous devons assumer les inquiétudes et les angoisses qui font partie de la condition humaine. Qu’est ce qui est plus fort que la mort, l’amour, les passions individuelles et collectives.

AC. L’amour est une invention du christianisme. C’est donc un produit de l’histoire. L’avenir à la lumière du passé nous propose un avenir incertain et tonique.

Par Bruno Modica

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par