Carte blanche : Atlas des migrants d’Europe.
Vous êtes ici : Clio-Conférences Comptes Rendus

Salon du livre de Sciences Humaines 2012

Carte blanche : Atlas des migrants d’Europe.

Géographie critique des politiques migratoires Armand Colin, 2012, 144 p, 19,50 euros

Catherine Didier-Fevre
samedi 1er décembre 2012

Ce qui est chouette avec les salons du livre, c’est que l’on peut voir les auteurs en vrai ! et leur poser des questions !

Ce fut le cas, ce samedi 24 novembre 2012, au Salon du Livre de Sciences Humaines qui se tenait à l’espace des Blancs-Manteaux. Xavier Leroux avait invité Emmanuel Blanchard, un des cinquante auteurs, de l’Atlas des migrants d’Europe. Géographie critique des politiques migratoires. publié chez Armand Colin (première édition en 2009, seconde édition en 2012). La rencontre était intimiste. Autour d’une petite table, Xavier et son invité étaient confortablement installés pour aborder la question des migrations en Europe.

http://www.armand-colin.com/livre/363798/atlas-des-migrants-en-europe.php

C’est par la question des sources sur lesquelles appuyer un travail comme celui-ci que l’interview a commencé. Emmanuel Blanchard a expliqué que l’agence Frontex dispose de données mais ne les communique pas aux chercheurs. Aussi, le réseau Migreurop, implanté dans une dizaine de pays, fait un recensement des articles de presse ou reportages télévisés mentionnant des noyades, des arrestations... afin d’établir une base de données. C’est une pratique que l’on peut juger d’amateurs mais c’est le seul moyen qu’ils ont trouvé à défaut d’avoir accès aux données officielles. Cela signifie aussi que leurs chiffres sont certainement sous-évalués par rapport à la réalité. Quand on voit la carte sur les morts en migrations, cela fait froid dans le dos !

Ensuite, a été abordé la question de l’efficacité des mesures de sécurité mises en oeuvre par l’Europe. Le budget de l’agence Frontex a fortement augmenté depuis trois ans. Le réseau Migreurop est très critique sur les politiques de codéveloppement mises en oeuvre par Frontex car elles sont en opposition avec l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’Homme qui proclame le droit à la mobilité.

Puis, la question des motifs des migrations a été traitée par l’auteur qui a surtout insisté sur la pluralité des raisons qui poussent les gens à migrer. Aux raisons politiques se mêlent des raisons économiques, y compris pour les "réfugiés environnementaux". Le statut de ces derniers n’est d’ailleurs pas reconnu par le droit international.

Enfin, la rencontre s’est achevée sur la question de la limite entre engagement et recherche. Le réseau Migreurop est un réseau engagé politiquement et pour un enseignant-chercheur, il ne doit pas être facile de concilier les deux. Emmanuel Blanchard a répondu à cette interrogation en mettant en avant que son terrain de recherche ne recoupe pas exactement le domaine de Migreurop. Mais, au-delà de son cas particulier, il estime que les deux ne sont pas incompatibles. La recherche est un outil parmi d’autres (travaux photographiques, expositions) pour défendre une vision !

Catherine Didier-Fèvre ©Les Clionautes

Par Catherine Didier-Fevre

Enregistrer l'article au format PDF
Les rubriques

Les Clionautes 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Les Clionautes.

Hébergement Les Clionautes par